randonnee en montagne

Publié le 6 Décembre 2022

Crêtes de Culentous  04/12/2022

 

    Un peu de neige début décembre n'a rien d'inhabituel mais la rando du jour prévue par Bernard au pic de l'Oussouet en a quand même été passablement modifiée.

   Partis à seize du Col du Couret à 1199 m vers 9h05 par une température largement négative et sur un sol gelé blanchi par le givre et quelques flocons tombés durant la nuit, nous empruntons la piste qui s'élève Sud-Ouest dans la forêt.

   La pente est raide mais bonne à réchauffer les corps engourdis par le froid et après vingt-cinq minutes d'efforts nous atteignons la lisière du bois au Bousquet de la Glère  à 1378 m avec pour récompense un agréable soleil et un large panorama.

   Là, deux directions sont possibles : à gauche vers la Croix de Béliou par un sentier qui plonge un peu vers un versant boisé ombragé et enneigé, ou à droite sur une pente  ensoleillée attaquant l’ascension de la crête Est de La Peyre. L'option soleil étant choisie à l'unanimité, nous prenons à droite pour atteindre au bout de quelques minutes un manteau neigeux s'épaississant en prenant de l'altitude.  

   La pente est raide, la progression est ralentie sur cette neige fraîche occultant le sentier et s'affaissant sur les massifs de rhododendrons. Nous pouvons admirer en marchant les magnifiques sculptures créées par le givre sur la rare végétation émergeant de la neige, et vers onze heures trente, nous arrivons enfin au sommet de La Peyre à 1821m. Nous prenons quelques minutes pour admirer le panorama grandiose étincelant sous le soleil puis entamons une descente de 80 m en direction du Col de Culentous, Là, commence la Crête de Culentous que certains commencent à gravir mais, tombant sur une neige de plus en plus profonde, abandonnent pour   faire demi-tour .

   Nous remontons tous les 80 m pour retourner au sommet de La Peyre et y faire la pause repas devant le beau décor des sommets de la vallée de Campan à l'Est, le Pic du Midi et tous ses voisins au Sud, Le Montaigu à l'Ouest avec l'Oussouet que nous ferons un autre jour et le Pic Crémail où nous irons bientôt.

    Puis c'est la descente par le même chemin qu'à la montée, avec les précautions d'usage sur sol glissant, dominant le Pic de Labassere où nous irons dans quelques jours, jusqu'au Col du Couret que nous rejoignons vers 14h15.

    La petite auberge de de chez Gabrielle étant fermée, c'est après la visite à la vraie Croix de Béliou où l'on peut lire l'histoire du berger Millaris sous le porche de l'église de Lesponne que nous allons prendre le traditionnel pot de fin de rando sur l'Allée des Coustous à Bagnères de Bigorre.

 

    Nous avons parcouru 7,5 km pour 750m de dénivelé et bien apprécié cette première « hivernale » pour certains.

     Merci Bernard !

   

Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous
Crête de Culentous

Découvrez Crêtes de Culentous sur Relive!

 https://www.relive.cc/view/vXvLPEyP11v

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 29 Novembre 2022

La cabane de Courreau (1670m)

Monique nous avait promis une randonnée facile, primitivement dans le Val D’Aran. La neige ayant contrarié son projet, elle nous convie à arpenter la montagne d’Espiau. Elle fait recette, nous sommes 23 à la suivre pour aller nous poser à la cabane de Courreau.

Nous partons vers 9h45 de St Aventin (926m) et, ayant traversé un ancien cimentière jouxtant une magnifique église Romane que nous visiterons au retour, nous arpentons, d’abord plein est, un sentier nommé voie Claude (y a-t-il un rapport avec l’empereur romain ?) que nous abandonnons assez rapidement pour virer nord-ouest en direction du mail de Soupène. Nous passons à proximité d’un 1er cromlech. Après une pause et les explications éclairées de Monique sur ces mégalithes, nous atteignons rapidement un second cromlech et,  par une large piste que nous coupons parfois, entamons la montée vers la cabane.

La montée est soutenue, mais le sentier est très confortable, pas de cailloux ni de racines accrocheuses, seul un morceau de fil de fer insidieusement oublié pourrait faire trébucher. Mais il est très vite démasqué et contourné ou enjambé.

Vers 12h20, un peu avant pour certains et un peu après pour d’autres, nous arrivons à la cabane de Courreau 750m au-dessus de notre point de départ.

La pause déjeuner est bien agréable, beau panorama, beau temps, bon apéritif d’un pseudo anniversaire, tous les ingrédients pour que nous passions un bon moment.

Vers 14h, nous redescendons, d’abord par le même itinéraire puis au niveau du cap de la Serre, nous obliquons  vers Benqué. A l’entrée de Benqué l’église St Blaise, bien entendu de style roman, mérite  aussi notre visite. Après avoir traversé ce petit village nous retrouvons la voie Claude que nous avions abandonnée ce matin, pas rancunière, elle nous reconduit à St Aventin.

Nous avons le temps de visiter l’église. Que ce soit dans le Luchonnais ou le Louron  l’ensemble de ces églises romanes, admirablement sculptées à l’extérieur et décorées à l’intérieur,  confère une inestimable richesse architecturale à notre région. Nous fêtons sous ses auspices un anniversaire, bien réel celui-là.

Il ne nous reste plus ensuite qu’à rentrer et nous séparer en remerciant vivement Monique pour le choix et la conduite de sa randonnée.

Tu connais de magnifiques itinéraires et tu sais toujours y ajouter une petite note culturelle.

Merci Monique

S de l’A

 

Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau
Montagne d'Espiau et Cabanes de Courreau

Découvrez Montagne d'Espiau Granges de Courreau sur Relive!

 https://www.relive.cc/view/vPOp3KDjeRv

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 22 Novembre 2022

Castillo Mayor 20 Novembre 2022.

    Ce n'est pas la première fois que les prévisions météo sont mauvaises pour le piémont français mais bien meilleures sur le côté espagnol de nos montagnes.

Heureux hasard du calendrier, c'est le Castillo Mayor (2014 m) qui est au programme ce Dimanche 20 Novembre 2022.

   C'est beau, mais c'est loin et après deux heures de route nous arrivons au départ, non-pas le classique à la sortie de Puertolas à 1140 m, mais deux kilomètres plus loin sur la route de Bestué après avoir emprunté une piste sur la droite jusqu'à un panneau indiquant le Castillo Mayor, à 1260 m.

    Nous sommes quatorze à démarrer à 9h05, menés par Alain, sur un sentier d'emblée assez raide, mais bien tracé qui nous permet de rejoindre 190 m plus haut, au niveau d'une falaise, le sentier venant du départ proche de Puertolas.

    Prenant donc vers l'Ouest nous progressons en passant par le Patro del Cura à 1520 m qui serait plutôt le pré des sangliers tellement il est défoncé, pour arriver à 10h40 en vue des Llanos de Castillo Mayor à 1750 m. C'est une estive en cuvette allongée d'Est en Ouest, parsemée de petites dolines dont l'une est pleine d'eau formant une mare à la surface gelée.

   Face à nous, se dresse la muraille karstique du sommet que l'on peut aborder de front, par l'Ouest ou par l'Est, plusieurs sentiers offrant le choix.

    Notre « chef » optant pour la droite, vers l'Est, nous suivons un sentier s'élevant doucement dans l'herbe vers le bord du plateau où nous pouvons admirer une harde d'isards, qui nous côtoieront de loin tout au long de la journée, sous la fraîche caresse de quelques flocons. 

    Parvenus au bord du vide à 1890 m, nous pouvons admirer l’a-pic vertigineux de plus de cinq cents mètres sur la vallée d'Escuain. Virant (de force) vers la gauche nous suivons la ligne de crête sur un sol de lapiaz abrasif, assez peu confortable pour les pieds et féroce pour les genoux fragiles.

     Il nous reste 120 m, de galère pour les moins lestes, avant le sommet qui est atteint entre midi et 12h40.

     Le repas est pris au sommet, au soleil et devant le spectacle grandiose des sommets espagnols à l'entour : Peña Montañesa, Cotiella, Puntas Fulsa et Suelsa, massif du Monte Perdido bien ennneigé, massif des Sestrales, Sierra de Guara jusqu'au Lac Mediano d'Ainsa, et survolés par de nombreux rapaces, Gypaète, vautours, et des Grands Corbeaux.

     Il faut bien redescendre ce que nous faisons vers 13h30 en continuant le tour des crêtes vers l'Ouest pour les plus nombreux et directement en « plongée » pour un petit groupe désireux de quitter au plus vite ce relief tourmenté exigeant.

    Nouvelle rencontre avec les isards plus à l'aise que nous sur ces blocs hérissés et nous parvenons tous de façon quasi synchronisée sur la petite arête sud de La Plana.

     C'est ensuite la descente jusqu'à la falaise où, à la jonction des sentiers un groupe part tout droit jusqu'à Puertolas tandis que les chauffeurs prennent la section « un peu raide » mais bien plus courte jusqu'aux voitures atteintes vers 15h30.

     Le premier groupe qui aura parcouru pour le plaisir deux kilomètres de plus est récupéré au bout du sentier vers 16h15 et nous terminons comme il se doit dans une auberge d'Escalona.

    Merci Alain pour cette magnifique rando malgré tout bien ensoleillée qui nous aura fait parcourir de 7 à 9 km pour +/- 800 m de dénivelé positif.

Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor
Castillo Mayor

Découvrez Castillo Mayor sur Relive! 

https://www.relive.cc/view/vdOR4EE8WKq

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 15 Novembre 2022

Soum de Monpelat (2475m)

La sortie initialement prévue (le pic de Hèche Castet)  ne pouvant être réalisée, nous avons décidé de rester dans ce secteur du Néouvielle et de gravir le Monpelat.

Jean-Pierre se charge de conduire cette randonnée. Nous sommes 20 à le suivre.

La route qui mène au lac d’Orédon est actuellement fermée, nous laissons les voitures au parking d’Artigusse (vers 1600m) et partons à 9h20 vers le lac de l’Oule.

Nous y arrivons vers 10h10,  puis suivons la rive droite du lac pendant 1km. Là, nous sommes à l’embranchement du sentier qui mène 430m plus haut, au col d’Estoudou. Une inévitable scission négociée se produit en cet endroit :

Celles et ceux qui, se sentant des ailes opérationnelles (JJ),  vont  d’un pas décidé (à quoi donc  servent  les ailes !) monter au col,  puis gravir les 200 derniers mètres qui les séparent du Soum de Monpelat.

Puis, celles et ceux qui (j’allais dire : ont plus de plomb dans l’aile LL), vont se contenter de rallier uniquement le col.

Le sentier (le Gr10) est assez raide. De nombreuses marches faites avec des rondins de bois facilitent un peu la progression.

Les adeptes de l’effort minimum (JLJ)  rallient le col vers 11h45 et s’y installent. Ce col est très agréable et procure une très belle vue sur les sommets environnants et les environs de Cap de Long. On distingue très bien les blocs de granit qui,  au cours des ans, se sont effondrés sur le vaste (à l’origine) parking du Cap de Long. La falaise verticale et fissurée qui le borde promet d’autres éboulements.

Le col d’Estoudou se trouve au bord d’une impressionnante falaise qui domine la route du lac d’Orédon,  en particulier les lacets des Edelweiss. Sensation vertigineuse assurée !!

(La montée au Monpelat est assez raide mais le panorama au sommet justifie largement l'effort car nous avons sous nos yeux tous les grands sommets du Néouvielle avec une bonne dizaine de lacs qui les ponctuent.)

Les ascensionnistes du Monpelat reviennent  au col vers 12h30 et chacun peut se restaurer.

Nous repartons à 13h40 et descendons vers le lac d’Orédon. Le sentier est tout aussi caillouteux et raide que celui de la montée avec les mêmes marches artificielles.

Tout le monde, en ordre dispersé, se retrouve au chalet d’Orédon.

Ensuite, une série de petits sentiers parallèles à la route mais nous faisant court-circuiter les grands virages nous conduit au parking d’Artigusse, nous y arrivons un peu avant 16h.

Malgré la basse saison, nous trouvons à Saint Lary un café qui nous accueille et chacun déguste la boisson de son choix.

L’idée de cette randonnée était un peu collective, mais sa réalisation et sa conduite t’en reviennent.

Merci, Jean-Pierre

S de l’A

Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat
Circuit Col d'Estoudou via Soum de Monpelat

 Découvrez Col d'Estoudou, Monpelat depuis Artigusse sur Relive!

https://www.relive.cc/view/vKv2QnnyRoq

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 8 Novembre 2022

Le pic du Lion 2102m

Nous sommes venus dans cette région il y a quelques semaines et avons parcouru la crête allant du Montious au sommet du Tech.

Alain nous invite à y revenir afin de poursuivre cette crête en forme de cirque autour du lac de Bareilles.

Nous partons du même endroit, Artigue Longue (1519m) à 9h40 et nous nous dirigeons de la même façon vers le lac de Bareilles. La seule différence notoire réside dans le fait que dès le départ, nous allons évoluer sur un sol neigeux. Eh oui, il a neigé cette semaine ce qui pour un mois de Novembre est assez banal, mais cela ne rebute pas les 17 compagnons d’Alain.

La couche de neige au départ est très mince, à l’approche du lac là où la pente se raidit, il faut faire un peu attention au sol gelé par endroits. Du lac (où nous aurons la surprise de voir des baigneurs !!) nous nous dirigeons plein Sud vers le col du Lion (2031m). C’est sur un sol bien enneigé (mais de neige molle) que nous suivons le sentier (surtout les traces dans la neige) qui nous conduit 70 m au-dessus du col, au pic du Lion.

Il est midi passé et nous y prenons notre repas en contemplant une fois de plus un des plus beaux et plus vastes panorama des Pyrénées. Le récent enneigement ajoute bien sûr,  un cachet supplémentaire à ce paysage.

Vers 13h nous quittons ce lieu, nous nous dirigeons Nord-Est,  et cheminons sur la crête de la Coume du Lion. Nous passons le sommet Derès Hèches , le Hourgue de la Fousserette et filons jusqu’au col de Pierrefite. Nous prenons ensuite le sentier qui nous ramène au lac de Bareilles. Tiens ! Les baigneurs sont partis ! C’est vrai  que  le soleil commence à disparaitre derrière les crêtes du Montious et de la montagne de l’Herm et la température va suivre son déclin.

La première partie de la descente sur un sentier enneigé et humide est un peu délicate et provoque quelques glissades heureusement sans gravité.

Vers 16h, nous arrivons à nos voitures. Le soleil a bien disparu.

Une accueillante salle de café nous attend à Arreau. Signe des temps,  une majorité de boissons chaudes sont commandées, c’est l’automne !!

Nous remercions chaleureusement Alain pour nous avoir fait faire notre première randonnée presque hivernale. Belle balade,  encore merci Alain.

S de l’A

Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion
Le pic du Lion

 

 

Découvrez Pic du Lion sur Relive!

 https://www.relive.cc/view/vevYJQXxyyO 

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 24 Octobre 2022

Une mauvaise météo nous étant annoncée pour le dimanche 23 octobre, Monique avance sa sortie espagnole au samedi.

Nous sommes 8 à la suivre pour randonner dans la région de la Bonaïgue. Après avoir traversé le domaine skiable de Baqueira, nous passons le col de la Bonaïgue, redescendons vers l’est sur 1 km et trouvons un parking à notre gauche.

C’est le point de départ de l’itinéraire qui conduit au lac. Sur la carte espagnole il est nommé : Estany de Pudo, nous garderons ce patronyme. Un bon sentier balisé nous fait gagner rapidement un peu d’altitude. Il faut le quitter un moment car il s’éloigne de la direction du lac. Nous cherchons un peu notre itinéraire, des bandes de brouillard montant viennent fâcheusement s’inviter à notre sortie. Elles auraient tendance à nous dérouter par moments. Nous retrouvons cependant notre chemin et aboutissons au col de l’Estany de Pudo (2300m). Nous dominons le lac de 100m, nous descendons vers son rivage. Nous étions partis des voitures à 10h il est à présent midi passé, il y a d’autres lacs assez proches à visiter mais nous décidons d’en rester là et de nous restaurer en contemplant ce bien beau et assez vaste lac.

Le site a beau être très agréable, nous ne nous y attardons pas très longtemps. La température ambiante n’est pas bien chaude et le soleil a bien du mal à percer les nuages. Nous avions oublié que nous étions en automne !!

Nous nous réchauffons en remontant les 100m de dénivelée que nous devons gravir jusqu’au col et une descente quelque fois un peu raide mais tranquille sur des terrains herbeux nous ramène aux voitures.

Sur la route, avant Vielha, une terrasse nous accueille, et là : le soleil très timoré durant toute la randonnée, vient enfin nous chauffer de ses rayons.

Nous rejoignons ensuite St Bertrand, notre lieu de départ.

Tu nous trouves toujours des jolis petits coins bien agréables.

Merci Monique.

 

Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)
Estany Pudo ou de Muntanyo  (2248m)

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 20 Octobre 2022

Ce n’était pas au programme. Mais, en ces temps de mouvements sociaux dans les raffineries avec comme corollaire des risques de pénurie d’essence, il vaut mieux limiter la longueur des déplacements automobiles, et  ne pas aller chercher trop loin des jolis lacs à visiter.

Voila ce que pense sagement notre chef, Jean-Pierre. Il désirait nous amener au lac du Hourat (au-dessus du refuge du lac d’Ilhéou),  il a cherché une randonnée de proximité.

La vallée d’Aure toute proche nous a ouvert les bras et nous a invités à randonner autour de ce très beau lac de Bareilles.

Nous sommes 16 à suivre Jean-Pierre. Nous démarrons peu après  9h  au bout du chemin de Sarrados (1519m) et nous dirigeons vers le lac de Bareilles (1766m) que nous atteignons vers 9h45. Nous laissons l’itinéraire du col du Lion pour prendre plein ouest un sentier qui nous conduit au col de Montious (2095m). Le sentier parfois raide, parfois plus plat nous y dépose vers 10h30.

Le panorama offert au col est déjà appréciable. On distingue très bien le pic de Montious  au nord-ouest. Si la pente du sentier est  peu relevée au départ, elle  s’accentue ensuite et quelques petites barres  rocheuses certes pas bien mauvaises, s’invitent sur l’itinéraire. Cela suffit pour que 3 randonneurs décident de rester au col et regarder leurs amis monter au pic.

Cette montée se fait sans problème et l’imposant cairn indiquant le sommet est atteint. Un regard circulaire pour admirer tous ces magnifiques sommets  qui s’offrent à nous. En ces temps d’automne l’absence de brume lointaine augmente la netteté des paysages.

Le retour  vers le col se fait prudemment et très solidairement au niveau des passages un peu délicats.

C’est ensuite, sur un sentier facile,  le passage près du sommet du Jambet, puis après une courte descente, la montée au pic  du Tech que nous rallions vers 12h30.

 Nous savourons notre repas sur ce beau belvédère. Hormis le glacier de la Maladetta, bien reblanchi par quelques petites averses de neige récentes ainsi qu’un petit liseré blanc sur la crête du Cambielh, la neige n’est pas encore au rendez-vous.

Vers 14h nous sortons de notre bienheureuse torpeur, descendons au col du Lion, puis retournons au lac de Bareilles dont la plage estivale et bien fréquentée nous invite à prolonger notre dernière halte.

Nous reprenons  ensuite nos voitures, puis la piste qui nous conduit au village de Bareilles.  Enfin, à Arreau,  nous retrouvons notre habituel café accueillant.

Tu nous as fait faire une très agréable et amicale sortie,  Jean-Pierre.

Un grand merci.

Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
Circuit Montious- Sommet du tech (2138m) 16 10 2022
statistiques de la rando

statistiques de la rando

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 10 Octobre 2022

  On a plutôt l'habitude d'aborder la Montagne d'Areng par son versant Ouest, Bernard a voulu nous faire découvrir son versant Est plus varié mais un peu plus exigeant.

   Nous sommes seize au départ à la côte 1330 m sur la piste forestière de la Salabe au dessus de Ferrère, à 1,5 km après l'Artigue de Salabe. Le sentier s'enfonce dans la forêt, d’abord vers l'Est puis oblique à l'Ouest dans une pente d'emblée très prononcée. Très peu de répit jusqu'à l'orée du bois où nous débouchons sur la Cabane d'Areng à 1570m quarante minutes après. C'est une jolie cabane de berger très habitable où des travaux d'agrandissement sont prévus au regard des matériaux accumulés autour.

    Après la halte nous reprenons plein Ouest en direction d'un petit col situé un peu au nord du sommet . La pente herbeuse est d'abord soutenue puis carrément raide jusqu'à obliger à poser les mains de temps en temps.

    Le col atteint il ne reste plus qu'à contourner le sommet vers le Sud-Est et nous l'atteignons à travers les estives vers 11h30.

    La Montagne d'Areng , à 2079 m, est un merveilleux belvédère. À son pied les cabanes de Jéseau, au loin tous les sommets de la Vallée d'Aure, puis ceux du   luchonnais et ceux de l'Ariège , d'Espagne et du commingeois.

    Le coin repas est choisi un peu plus bas sur des rochers permettant de s'isoler des souvenirs des nombreuses brebis passées avant nous. Un anniversaire est fêté et vers 13h 30 la descente est commencée d'abord vers le Nord en suivant la crête, puis en obliquant vers l'Est dans un petit col voisin de celui de la montée.

   Il n'est pas exagéré de parler d'une plongée dans un joli petit vallon aux belles couleurs d'automne même si le vague sentier très escarpé ne laisse pas trop à certains le loisir de le contempler.

   Assez rapidement la pente s'atténue pour rejoindre en courbe de niveau le vallon de la montée et, atteignant une petite crête, nous pouvons apercevoir la cabane d'Areng vite rejointe. 

   Une petite halte et nous nous engouffrons dans la forêt pour atteindre, bien plus facilement qu'à l'aller la piste où nous attendent les voitures.

 

    Merci Bernard pour cette randonnée inédite pour le Club, pas très longue avec ses 5,600 km mais très intense avec avec son dénivelé (ou sa dénivelée selon le Petit Larousse) de 724 m , et ses passages un peu engagés mais pas désagréables par temps sec.

 

 

JP de Hort Atchouc

 

Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022
Montagne d'Areng depuis la Barousse  09 Octobre 2022

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 4 Octobre 2022

Certes il ne faut aller chercher aucune innovation dans cette sortie. Parmi les 20 randonneurs qui vont le visiter, très peu le découvrent, mais ce vallon d’Arizes est tellement agréable !

Seule petite innovation :   Nous ne partons pas  de l’endroit habituel. Nous délaissons le sentier jouxtant l’ancien café, roulons  500m  de plus et démarrons la randonnée par un sentier bien raide qui nous permet d’admirer à notre droite, la très belle cascade d’Arize. Nous montons ainsi 100m et arrivons aux cabanes de Tramazaygues (1400m).  Ensuite nous retrouvons l’habituel sentier qui nous conduit  au pont des Vasquès (1552m).  Nous laissons à notre gauche le sentier  montant au col de Sencours, et longeons le torrent  par sa rive gauche jusqu’à la cabane d’Arizes (1700m).

Nous y trouvons une certaine animation, nous sommes au mois d’octobre et les troupeaux vont devoir, à leur grand regret j’en suis sur, quitter ce vallon où ils ont passé un si agréable été !

Il nous reste 300m à gravir pour arriver au lac. Vers 11h45 l’ensemble de la troupe y pose les sacs à dos. Nous avons dénivelé 700m, cela est suffisant pour certains qui installés sur une mini bosse dominant le lac s’y trouvent très bien et ne comptent pas aller plus loin.

D’autres ont encore « des fourmis dans les jambes » et désirent monter un peu plus. Allégés de leur sac,  laissé à la garde des « sédentaires », ils se dirigent vers le col d’Arizes situé 100m au dessus. Nouvelle scission, il reste encore 100m à accomplir pour arriver au pic de la montagnette (2235m), certains  y montent.

Vers 13h, tout le monde s’est  retrouvé au lac. Certains ont fini de manger, d’autres commencent leur repas. Qu’importe,  rien ne presse, le temps est au beau fixe et ce lac est bien agréable à contempler.  Certes, il n’est pas bleu, c’est un lac vert, ceci n’empêche pas ses beaux rivages se refléter à sa surface  et les animaux venir s’y baigner.  Chaque fois que nous y venons il y a toujours un groupe de jeunes ou moins jeunes vaches qui viennent y tremper leurs pieds, elles profitent aujourd’hui  de leurs dernières heures de vacances.

A 14h c’est le départ, descente sans histoire, vers 15h45 nous retrouvons nos voitures.

C’est à Bagnères que le pot traditionnel et rafraichissant est dégusté.

C’est toujours un plaisir de fouler les sentiers de ce vallon, je pense que nous y reviendrons.

S de l’A

Le lac d’Arizes (2023m)
Le lac d’Arizes (2023m)
Le lac d’Arizes (2023m)
Le lac d’Arizes (2023m)
Le lac d’Arizes (2023m)
Le lac d’Arizes (2023m)
Le lac d’Arizes (2023m)
Le lac d’Arizes (2023m)
Le lac d’Arizes (2023m)
Le lac d’Arizes (2023m)
Le lac d’Arizes (2023m)

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 27 Septembre 2022

Encore un grand classique pour cette fin de saison.

17 randonneurs suivent Daniel pour gravir les 1200m de dénivelée cumulée (en vieux « français » , dénivelée est du féminin : dénivellation). 

Nous partons vers 8h30 du village de Bézins-Garraux (700m) et montons par un sentier certes un peu raide par moments,  mais très longtemps confortable en direction du col de Teyech (1460m). Le sentier,  à l’approche du col devient un peu plus rocheux et évolue par instants  sur une corniche exposée et étroite. Ensuite changeant totalement de direction, (nous montions nord-ouest) nous montons vers l’est  dans la forêt puis  plein nord. Nous atteignons la côte 1635m et repartons sud-est en direction du col situé entre les pics du Gar et du Saillant. A noter que sur toute une série de cartes IGN, il y a une inversion des  patronymes. Le pic de plus haut est le pic du Gar (1785m), son voisin au bord de la falaise coté ouest (1756m) est le pic saillant. Une grande Croix y est érigée.

Pour ne fâcher personne, nous gravissons les 2 sommets en commençant par le pic Saillant et allons ensuite au Pic du Gar qui nous offre une belle pelouse et quelques rochers qui nous serviront de salle à manger. Eh oui, il est midi et nous avons gravi nos 1200m. Cela mérite un bon repas réparateur.

Nous ne profiterons pas trop longtemps de cette pause, il est inutile de contempler le panorama d’habitude si somptueux, nous sommes environnés de nuages qui nous bouchent tous les horizons, en outre ils nous séparent d’un soleil qui nous réchaufferait  bien agréablement. A 13h le chef nous donne le signal du départ.

Nous empruntons  un sentier proche de la crête orientale du pic du Gar qui bien que caillouteux ne présente aucun problème technique et aucun passage délicat. Il nous conduit au col de Caube (1335m).  Nous évoluerons ensuite vers l’ouest où une série de sentiers passant entre-autres par la fontaine d’Argelès,  nous ramènera à Bézins-Garraux vers 16h.

Conscient de nous avoir conduis sur un périple  assez important et exigeant, Daniel nous installe une table à proximité des voitures ainsi que tout un équipement pour déguster une bonne collation. C’est une amicale et excellente initiative qui fut  très appréciée. De cet endroit nous pûmes contempler le pic Saillant, bien loin de nous et bien haut, surmonté de sa croix.

C’était la première randonnée que tu dirigeais, Daniel  et tu n’avais pas choisi la plus facile : Dénivelée importante, quelques passages où il faut être attentif. Tu as parfaite rempli ton rôle de guide,  tu as veillé sur tout le monde.

 Félicitations et un grand merci.

S de l’A

Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0