randonnee en montagne

Publié le 2 Novembre 2021

« Un premier contrefort des Pyrénées qui culmine à 1050m sépare les vallées de la Garonne et de la Barousse. Ce petit massif est orienté sud-ouest, nord- est. Le sommet d’Herbe Rouge occupe son extrémité sud-ouest tandis qu’à son extrémité nord-est nous trouvons le sommet de Gert 1018m. L’ensemble du massif porte le nom de montagne de Gert. Entre ces deux sommets extrêmes, la crête qui les sépare fait environ 2,5km et passe par le soum de Chay. Il est arrivé à un promeneur isolé ou à un groupe très silencieux de rencontrer un troupeau de cerfs. Magnifique rencontre. »

Voici ce que nous écrivions en 2017, année ou nous avions gravi ce petit sommet.

Monique a eu la bonne idée de nous y reconduire profitant d’une météo sereine. Nous sommes 10 à la suivre et,  après Troubat, prenons une petite route qui nous conduit vers le pied de la falaise bien connue des varappeurs.

Après une (très courte) hésitation,  nous dédaignons  la  voie d’escalade directe et suivons la piste qui fut créée pour desservir  d’anciennes carrières. Elle nous conduit non loin du sommet que nous rallions ensuite rapidement.

Toujours le petit repas amical, nous profitons d’une belle douceur automnale et le panorama sans être somptueux comme dans certaines sorties est tout de même bien agréable à contempler.

Le retour vers les voitures fut rapide. Nous avons largement le temps d’aller rendre visite au château de Bramevaque.

Inutile de narrer l’histoire sordide de cette comtesse de Comminges au XV ème siècle qui, mariée bien jeune à de sinistres brutes devînt démente. Elle fut internée durant 20 années  par son 3ème mari dans le donjon de ce château et mangeait un enfant par jour !!! Le pleur des mères était encore plus intense que le beuglement (appelé ici brame) des vaches !

Afin de nous remettre de cette terrifiante histoire, Monique nous accueillit chez elle pour nous offrir d’agréables boissons.

Nous te remercions, Monique, pour cette très agréable sortie et ton chaleureux accueil.

S de l’A

Le sommet d’ Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’ Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’ Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’ Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’ Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’ Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’ Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’ Herbe Rouge 1050m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 26 Octobre 2021

Monique nous propose d’aller prendre l’air et de l’altitude dans le Val d’ Aran au Montcorbison. Parmi les 17 randonneurs qui la suivent, certains ne le connaissent pas.

A l’entrée de Vielha nous prenons à notre droite une petite route qui nous monte en lacets au lac de Bassa d’Olès.

Nous entamons la randonnée vers 10h, suivons d’abord un joli sentier herbeux  et  souhaitons  une bonne journée à des chevaux qui broutent bien tranquillement à coté de leur grange. Nous apercevons le sommet du Montcorbison 600m au dessus de nous.  Assez rapidement, ce joli petit sentier devient de plus en plus raide. Ainsi, nous nous élevons rapidement et notre panorama s’élargit. Certains n’en profitent pas encore ayant « le nez sur le guidon », guidon représenté en l’occurrence par la marche un peu haute devant soi, à gravir.

Mais tout le monde monte vaillamment  et vers 11h 45 nous accédons au sommet. Nous avons à présent le temps d’apprécier le panorama : Vielha à nos pieds, la vallée de Salardu et le pic de Maubermé vers l’est.  Bien loin le Pic du Midi et l’Arbison, mais surtout au sud-ouest,  le massif de la Maladeta avec le pic des Tempêtes et bien sur l’Aneto. Voir l’Aneto sous cet angle n’est pas courant. Il a la caractéristique d’être bâti sur 5 crêtes qui lui servent de piliers. Nous voyons l’une d’elles dans notre alignement, sans aucune trace de neige. Je me demande si ce n’est pas la crête des déchaussés, nommée ainsi,  parce qu’elle a été franchie par 2 séminaristes au 19ème siècle qui,  n’ayant que des espadrilles aux pieds, ont gravi l’Aneto par cet itinéraire pour éviter la neige !

Sans avoir la prétention de les imiter, certains ont tout de même pensé que cette randonnée était un peu légère et ont voulu l’étoffer en rendant visite à un petit sommet proche du Montcorbison, nommé le tuc de Letassi. Effectivement leur aller retour dura ¾ d’heures en incluant le temps qu’ils ont mis pour admirer l’Aneto dont ils s’étaient approchés de 500m.

Le repas ensuite fut pris dans ce cadre enchanteur et vers 13h45 nous prîmes le chemin du retour par un itinéraire un peu différent,  légèrement moins pentu avec de bons rhododendrons qui bloquent  les pieds.

Arrivés au lac, nous eûmes tout loisir de l’admirer et d’en faire le tour. Son eau limpide offre de magnifiques reflets des arbres qui le bordent, elle permet de voir de belles truites qui se prélassent au soleil. Nous rencontrons un autochtone qui méditant sur la rive, (pensait-il à Lamartine ?) nous apprend que l’étymologie du Montcorbison provient du fait  que vue du lac, sa crête est courbe.

Nous reprenons ensuite nos voitures,  descendons les nombreux lacets qui nous mènent à Vielha  et nous arrêtons à Lès pour apprécier un bon rafraichissement.

Très agréable  randonnée, Monique, tu as choisi un bien bel endroit. Merci pour cette journée.

S de l’A

Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.
Le Montcorbison 2176m.

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 19 Octobre 2021

 

      Après un départ commun de l'Hospice de France à 1379 m vers 8h 25, arrivés au Pont de Penjat à 1441 m les groupes A et B se séparent,  le premier prenant à droite vers le Cirque de la Glère, le second filant tout droit vers la Vallée de Vénasque.

      Pour atteindre le Cirque de la Glère nous nous engageons, le groupe A, sur le Sentier de l'Impératrice. C'est un sentier très bien tracé qui contourne les Pics de Penjat et de Sajust, et qui chemine presque à plat à travers le bois de Sajust à tel point qu’après une heure et quart de marche  et 5 km nous n’avons gravi que 200 m.

      Nous sommes alors dans le magnifique Cirque de la Glère vers 1600m et  entamons une montée , presque une escalade Sud-Est dans le vallon de la Montagnette et atteignons vers 11h le Lac du Maille à 2200m . Une petite pause pour récupérer un peu de ces 600m non stop et repartons en contournant le lac par la gauche pour atteindre 130 m plus haut le Lac de la Montagnette magnifique avec ses trois petits îlots.

      Il nous reste moins de 100m pour atteindre le Col de La Montagnette vers l'Est à 2430m  ce que nous faisons en même temps que nos amis du groupe B après 1018m de dénivelé.

 

      Pause repas au col puis descente vers les somptueux Boums de Vénasque où deux groupes se reforment l'un poursuivant la descente l'autre désirant aller admirer l'Aneto par le port de Vénasque.

     Encore 180 m d'ascension  et le Port est atteint en 20 mn.

     De là la vue est fantastique sur le massif de la Maladeta avec son point culminant le pic d'Aneto à 3404 m légèrement saupoudré de neige fraîche.

     La descente, classique,  nous permet de voir l'avancée des travaux sur le refuge de Vénasque puis ce sont les interminables lacets du sentier qui nous permet de retrouver la troupe au complet au stationnement de l'Hospice.

 

Groupe B

Laissant nos amis filer sur le sentier de l’Impératrice nous entamons le sentier du refuge.

Nous arrivons au refuge de Vénasque vers 11h. Pour une fois nous délaissons l’itinéraire du port de Vénasque et nous dirigeons plein ouest en passant entre les 2 boums (lacs) vers le col de la Montagnette.

Nous ne sommes plus sur le même type de sentier. Celui-ci est vraiment montagnard avec pas mal d’éboulis et de rochers à gravir. Rien de bien méchant tout de même.

Vers midi, nous atteignons le col et y retrouvons nos camarades comme déjà cité plus haut.

Très peu d’entre nous connaissaient ce col. Malgré son accès moyennement aisé, il mérite une visite, tant le panorama qu’il offre est intéressant :

Après le lac de la Montagnette et le pic de Sacroux vu sous son bel angle, si l’on se tourne vers l’est, c’est encore plus beau : Le pic de la Mine, l’aiguille Morin et le bec de Corbeau sont 3 aiguilles bien impressionnantes. On voit le port de Vénasque on est totalement dans son axe.

 

Vers 13h15, nous entamons la descente. Comme déjà décrit, notre groupe se sépare de nouveau lorsque nous arrivons au refuge.

 Tout le monde ne se sent pas la capacité d’ajouter 200 m aux 1018 m de dénivelée déjà accomplis.

Nous nous retrouvons tous à l’Hospice de France vers 16h30. L’auberge étant fermée, nous allons nous abreuver à Luchon. Des allées d’Etigny, nous pouvons de nouveau apprécier le pic de la Mine et ses 2 aiguilles voisines, sans oublier le pic de Sauvegarde encore ensoleillé.

 

Tu as initié une magnifique randonnée, merci Bernard.

 

S de l’A

Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021
Col et Lac de la Montagnette 17/10/2021

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 12 Octobre 2021

La 3ème tentative fut la bonne !

Par 2 fois nous dûmes annuler cette sortie en raison du mauvais temps.  Cette fois-ci, la météo nous annonce un ciel sans nuages. C’est ainsi que, sous la conduite de Jean-Pierre nous ne sommes pas moins de 25 à nous retrouver à l’Hospice de France. Nous y sommes accueillis par 2 adorables petits ongulés qui nous ont souhaité la bienvenue, tout en nous précisant qu’ils aimaient bien le pain frais.

 Il va peut-être faire beau, mais ce n’est pas encore tout à fait le cas, il reste une couche de nuages au-dessus de nous et un petit vent frais nous indique que l’été est bien fini.

Le départ à 8h50 est assez rapide, nous doublons rapidement la cabane du Pesson et continuons  vers la cabane de la Frêche. Il faut dire que le sentier sur ce secteur de 2 km n’est pas bien pentu.  Ensuite il commence à s’élever plus sérieusement mais reste herbeux et très confortable. Plus loin, la vallée parait se fermer devant nous et nous sommes dans un mini-cirque. Le sentier serpente le long d’un torrent et escalade certains passages rocheux où il est des fois nécessaire de s’aider des mains, rien de bien méchant tout de même. Deux heures après notre départ, nous parvenons au 1er étang (2030m).  Encore quelques petits ressauts nous sommes au second étang, et encore une belle  montée un peu raide, nous arrivons au 3ème étang (environ 2180m).

A ce niveau, le groupe se scinde : certains estiment avoir bien rempli leur journée et posent leur sac. Mais, comme il n’est pas encore 11h30 les premiers arrivés décident de rallier le pas de l’Escalette 300m au-dessus de nous. Ils y arrivent aux environs de midi et peuvent ainsi  en se déplaçant un peu, admirer le massif de la Maladetta.

Après leur  retour à l’étang,  vers 12h30, nous nous retrouvons tous réunis pour savourer du repos notre repas et quelques anniversaires.

Le signal du départ est donné vers 14h, une descente un peu prudente au niveau des endroits rocheux et vers 16h nous retrouvons l’Hospice de France et ses petits ânes.

Après le pot de l’amitié dans cet agréable endroit, nous nous séparons en nous donnant rendez-vous pour dimanche prochain.

Belle balade, merci Jean-Pierre.

S de l’A

Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche
Les étangs de la Frêche

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 30 Septembre 2021

18 randonneurs suivent Jean-Pierre  pour aller randonner au pic de la Bernatoire qui est l’extrême fin de la crête sud-ouest du massif du Vignemale. Partis à 7h de Lannemezan, après avoir laissé nos voitures au parking de la Stèle (1734m), 1,5km avant le barrage d’Ossoue,  nous sommes prêts à partir, sac sur le dos à 9h15.

Au départ, un petit coup d’œil à notre droite nous fait apercevoir de façon très fugace le refuge de Baysselance qui nous laisse de bons souvenirs. Et puis encore au-dessus,  le glacier d’Ossoue et la Pique Longue (du Vignemale) qui malheureusement a accroché un nuage et se cache un peu derrière.

Un sentier sud-est  nous conduit à la cabane de Lourdes, nous y sommes vers 10h. Nous nous engageons ensuite dans la large et tranquille vallée de la Canau en remontant le ruisseau de Lourdes. Très vite, un petit cri aigu et familier nous signale la présence de nombreuses marmottes qui, ayant vu passer tout au long de l’été, pas mal de randonneurs, sont assez familières et se laissent obligeamment  photographier. Nous foulons un sentier herbeux qui pendant 2km s’élève très doucement. Ensuite la pente devient plus franche, sans tomber dans de grands excès, et nous aboutissons au col de la Bernatoire (2336m) vers 11h45.

A ce niveau, certains membres du groupe jugent qu’ils en ont fait assez, les autres pas encore rassasiés, décident d’aller au pic juché 180m au dessus. Il est certain que le panorama qui leur est offert mérite cet effort supplémentaire. Quant-aux autres, ils ne sont pas restés inactifs et ont trouvé une salle à manger juste sur le versant sud du col. Elle se compose de gradins dans cette roche schisteuse offrant sièges et dossiers.

Nous dominons le lac de 60m et pouvons ainsi l’apprécier. Une cuvette parfaite. Aucun torrent ne s’y jette et aucun déversoir visible. Son diamètre est d’environ de 170m. Une magnifique curiosité.

Après le retour des adeptes du sommet, et le repas dégusté, vers 13h30 nous repassons le col et redescendons. Un dernier au-revoir aux marmottes qui bientôt vont préparer leur hibernation. Nous atteignons la cabane de Lourdes et  restons sur le Gr 10 qui nous conduit au barrage d’Ossoue.

1.5 km de piste plus bas, nous  retrouvons  nos voitures.

Le pot de l’amitié à Gèdre où nous sommes toujours bien accueillis clôture cette journée.

C’est toujours un plaisir de retourner  dans cette magnifique région d’Ossoue malgré l’éloignement.

Tu as eu pleinement raison de nous y ramener.

Merci  Jean-Pierre

S de l’A

Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m
Le pic de la Bernatoire  2516m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 21 Septembre 2021

On peut toujours compter sur Alain pour découvrir des sites inédits et intéressant principalement dans l’Aragon.

Partis à 7h30 de La Barthe sous un ciel bien incertain, pénétrant sous le tunnel  de Bielsa avec une magnifique température de 3°C, lorsque nous le quittons,  nous trouvons un ciel bleu que nous garderons toute la journée. L’option météorologique étant levée, nous nous laissons glisser jusqu’à la Fortunada et prenons la direction du joli petit village de Badain, tout proche.

Nous partons sud-est  et ne serons jamais très loin du rio Garona (rien à voir avec notre bébé Garonne du val d’Aran) que nous remontons par sa rive droite. Après 1 h de marche, nous traversons une passerelle qui nous fait changer de rive. Nous délaissons le circuit du retour pour nous enfoncer dans une gorge boisée et étroite dans le but de découvrir une résurgence certainement sauvage et intéressante. Mais après ¾ d’heures de marche, l’avant-garde du groupe est bloquée par une traversée à guet que l’abondance du débit d’eau du torrent ne recommande pas. Notre chef, dans sa grande sagesse estimant que ce n’est pas l’heure des baignades, nous fait faire demi-tour. Nul n’ayant envie de se tremper dans ces eaux tumultueuses, nous lui obéissons volontiers. Nous revenons à la passerelle et reprenons le circuit interrompu. Après une jolie petite montée  de près de 150m nous  émergeons sur une  large piste qui nous ramènera à Badain.

C’est l’heure du repas que nous prenons  sur un endroit accueillant au bord de cette piste, nous ne sommes pas gênés  par la circulation.

Ensuite, nous  la suivrons sur environ 4 km. C’est sur ce tronçon que nous jouirons du plus beau panorama de la sortie : Avec le Castillo Major omniprésent et au loin, le Mont Perdu et tous les grands sommets de l’Aragon.

 Un joli sentier  herbeux à Changardés nous permet de quitter la piste et nous ramène directement à Badin. Nous n’aurons pas beaucoup dénivelé 3 ou 400m tout au plus, mais aurons parcouru 15km.

Tradition oblige, c’est chez Louis que nous prenons le pot de l’amitié.

Belle découverte, Alain. Un grand merci.

S de l’A

Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain
Balade à Badain

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 14 Septembre 2021

Nous n’avons pas très souvent visité ce cirque coincé entre ses 2 grands frères qui sur le plan de la notoriété lui font beaucoup d’ombre.

Pourtant il mérite les presque 2 heures de voiture nécessaires pour l’atteindre depuis Lannemezan. Jadis, du lac des Gloriettes, nous sommes allés à la borne de Tuquerouille et sommes même montés à la brèche, où le plus beau panorama des Pyrénées (certes ce jugement n’engage que moi) récompense des efforts accomplis pour y parvenir.

Ce n’est pas sous cet angle que Danièle veut nous faire redécouvrir ce cirque. Elle nous fait partir, (nous sommes 23 à la suivre)  de la cabane de Groutte qui se trouve à 1800m sur la route anciennement à péage qui conduit au cirque de Troumouse.

A 9h30, nous quittons cette cabane et cheminons sur un large sentier orienté O.S.Ouest  peu pentu qui nous mène après 2,5 km au dessus du lac des Gloriettes. Nous  descendons 300m pour atteindre  le gave d’Estaubé en amont du lac et pénétrons  dans le cirque. Nous marchons plein sud sur un confortable sentier et, après 2 km arrivons à la cabane d’Esataubé. Quelques marmottes ont signalé notre incursion près de leur domaine, cela fait plaisir, nous n’en avons pas entendu beaucoup durant cette saison.

Cette cabane sera le lieu de notre repas mais auparavant, nous poussons un peu plus notre progression vers le centre du cirque. Nous  sommes  à une modeste altitude (1800m) mais nous jouissons d’un fabuleux panorama :  Du Piméné à notre droite jusqu’au pic d’Estaubé à notre gauche en passant par la familière hourquette d’Alans plusieurs  fois visitée, le Grand Astazou, le pic et surtout la brèche de Tuquerouille déjà citée.

Après une telle contemplation, nous revenons à la cabane.

Un anniversaire à célébrer entouré de tous ces sommets est une tradition bien agréable. Bon anniversaire Alain !

Les meilleures choses ayant une fin, vers 13h45, nous revenons vers le lac. Il nous reste ensuite à remonter les 300m que nous avons descendus ce matin, c’est en fait la principale ascension de la journée.  En plein soleil, l’après midi, cela demande un petit effort. La récompense ensuite,  est qu’il ne nous reste plus qu’à nous laisser porter par le large sentier  et profiter de la vue offerte par  les sommets  bordant la partie Est du cirque de Troumouse, du pic de Gerbat  jusqu’au pic de la Munia. Nous ane d’Aguila, la tour de Lieusaube.

Vers voyons une partie de  l’itinéraire de notre randonnée de dimanche dernier, la montée vers la cab

 16h nous sommes de retour à la cabane de Groutte, et un agréable pot de l’amitié, bien rafraichissant, vient clôturer cette journée.

Tu as fait découvrir à beaucoup d’entre nous un bel itinéraire. Nous avons passé une belle journée.

Grand merci, Danièle.

S de l’A

Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé
Cirque d'Estaubé

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 8 Septembre 2021

Ce dimanche 5 septembre nous sommes 18 ( je crois...) à vouloir visiter le cirque de Troumouse sous la conduite experte d'Anik .
1h 30 de route et nous partons de la chapelle d'Héas plein ouest , par un sentier assez raide qui nous conduit rapidement près de la cabane d'Aguila à1910mètres.
Cette dernière est entourée d'un magnifique troupeau de vaches de race bazadaise que l'on rencontre  rarement dans nos Pyrénées. Peut être ont elles voulus visiter l'oratoire de la Sainte Famille qui fait face à la cabane ?
La route (pardon : le sentier ) s'oriente alors au sud dans une succession de vallonnements à flanc de montagne . Cette position permet de découvrir progressivement  la totalité du cirque de Troumouse en passant près de monolithes comme la Tour de Lieussaube . Sur notre droite , à l'ouest , le Vignemale laisse admirer ce qu'il lui reste de glacier mais pour combien de temps ?
Après un assez long cheminement sans grande dénivelée nous arrivons à la cabane des Aires au grand soulagement d'une partie de la vaillante petite troupe tenaillée par la faim . Ouf !
Les nécessités vitales ayant été reconstituées avec une micro sieste pour certains , nous attaquons la descente sous un soleil  généreux qui nous fait rêver d'un rafraichissement mérité.
Enfin ça y est , les voitures sont en vue et bientôt le bistrot !
Merci Anik pour cette belle ballade vers ce cirque de Troumouse que certains d'entre nous avaient bien des fois parcouru mais rarement par cet itinéraire .

Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse
Cirque de Troumousse

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 6 Septembre 2021



Le point de regroupement de léquipe de la Vallée dAure et de celle du Plateau (et au-delà)
était fixé à Ste-Marie-de Campan.
Tout le monde était là à lheure (!?!) et le départ vers le parking de la Cabane de la Toue
(versant ouest du Tourmalet )seffectuait sans tarder.
Onze randonneu.r.se.s entament le contournement de la Bonida sur un bon sentier, bien
marq, à la déclivité bien progressive. Passant à côté du lac asséché de lAouda, on arrive
au pied de la petite montée, un peu plus marquée, qui nous hisse au col dAoube( 2.369 m.).

De là, on profite déjà dune belle vue sur la lac Bleu, vers louest. Une petite pause nous
permet de rassembler nos forces avant dattaquer les choses sérieuses : la montée finale
seffectue hors sentier sur un terrain alternant pierriers (heureusement pas trop instables) et
pelouses aux petites terrasses gravillonnées. La pente est assez forte, le cheminement pas
vraiment confortable mais on arrive sans encombre à un col (2.520 m.) un peu à louest du
sommet. Trois dentre nous décident de sy arrêter pour profiter dun panorama déjà
somptueux.

Les quelque 100 m. qui restent, agrémentés de lescalade (puis de la désescalade) dune
petite cheminée ludique, sont vite avalés par le reste de la troupe qui bénéficie alors au
sommet ( 2.630 m. ).dun panorama équivalent à celui de la terrasse de lobservatoire du Pic
du Midi ( avec le Pic du Midi lui-même en sus !)

Après sêtre rempli les yeux de cet enchantement, on rejoint les trois camarades du col.
Petite descente pour trouver un endroit confortable pour pique-niquer. On aura bénéficié
tout au long de la journée dune météo magnifique.
Sur le chemin du retour, à Ste-Marie-de-Campan, traditionnel pot final (avec un barman qui
ne transigeait pas avec le passe sanitaire !) avant la séparation des deux équipes
(Aure/Plateau)

Merci Bernard

 

Pic Crémat
Pic Crémat
Pic Crémat

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 31 Août 2021

 Il fait très beau, peut-être un peu frais en cette matinée du dernier dimanche du mois d’aout. Danièle nous a donné rendez-vous à Sarrancolin pour aller pérégriner  sur la face sud des monts de Collantigue.

Nous partons d’Ilhet (630m) à 9 h et allons nous diriger vers le col de Bas. Nous montons les rues assez pentues du village, puis dans des sous-bois bien agréables, nous nous élevons sur des sentiers à  la pente soutenue. Nous atteignons une piste vers 1100m. Le gros de la monté est accompli mais pas la longueur. Nous quittons par moment la forêt et cheminons au milieu des fougères. La petite fraicheur du matin a laissé la place à une chaleur conforme « aux normales saisonnières » comme on dit académiquement. Nous apercevons bien le col de Bas après 2 heures de marche, mais il est encore bien loin !

Tout le groupe (nous sommes 17) arrive au col vers midi. Il n’est pas question de dénigrer ce vaillant petit col qui relie les montagnes de Collantigue au massif du Cap Nestes. Mais on peut tout de même estimer que le panorama qu’il offre est légèrement réduit. C’est du moins l’avis de Danièle qui, malgré quelques jambes un peu lasses dans le groupe,  parvient à mobiliser sa troupe (c’est là que l’on reconnait la race des vrais chefs !) pour surseoir au repas et monter vers le mont Castéra  (100m plus haut) puis atteindre une crête qui nous offrira un panorama plus grandiose. La mission fut presque accomplie, mais un peu avant cette crête promise, nous trouvons  un charmant endroit avec un opportun tronc d’arbre. Nous décidons que c’est  un espace  idéal pour enfin déguster notre repas bien mérité. Un anniversaire à fêter vint compléter le plaisir.

A  14h nous repartons, atteignons enfin  cette crête, et pouvons admirer  le magnifique panorama qu’elle nous offre. Nous suivons ensuite un petit sentier orienté O.N .O qui passe 100m au dessous d’un petit sommet au pittoresque nom de Glouppe-Hup !

 Nous arrivons  à la cabane de Collantigue vers 15h30. Nous y côtoyons d’importants troupeaux de chevaux, vaches et même deux adorables ânes. Très bucolique cet environnement !

Il reste 800m à descendre, les sentiers sont un peu pentus mais confortables, peu caillouteux. C’est ainsi que vers 17h, avec des degrés de fatigue assez divers, nous rallions Ilhet. L’endroit où étaient garées les voitures, au bord de la Neste, est bien agréable et propice à de salvateurs bains de pieds.

Nous terminons cette,  un peu longue (14km, plus de 900m de dénivelée) mais très sympathique randonnée, chez Danièle qui nous offrit des rafraichissements et son légendaire gâteau au chocolat.

Quelle belle journée !  Merci Danièle.

S de l’A

Le col de Bas 1454m
Le col de Bas 1454m
Le col de Bas 1454m
Le col de Bas 1454m
Le col de Bas 1454m
Le col de Bas 1454m
Le col de Bas 1454m
Le col de Bas 1454m
Le col de Bas 1454m
Le col de Bas 1454m
Le col de Bas 1454m
Le col de Bas 1454m
Le col de Bas 1454m
Le col de Bas 1454m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0