randonnee en montagne

Publié le 6 Août 2018

Pour la troisième journée de randonnée , après une nuit réparatrice en Cerdagne, nous voilà repartis vers les pentes de la Dent d’Orlu.

Après avoir abandonné 2 compagnons qui préfèrent grimper le Tarbesou, ce sont donc 8 « fous furieux » qui s’élancent sur les sentiers très escarpés de la Dent ……

Du départ de la « Poêle à frire » (1521m.) nous grimpons rapidement jusqu’au col situé au pied de la Dent (1990m.)

C’est là que les réjouissances commencent ; nous empruntons le sentier qui monte droit dans la très forte pente avec quelques passages rocheux (pas de danger majeur mais il faut mettre les mains par endroits !!! )

Au sommet, nous sommes assaillis par une « avalanche »  ( étonnant en plein mois d’août à 2222m.) de fourmis volantes qui nous obligent à chercher un « coin repas »  plus tranquille

La descente s’effectue tranquillement dans les temps indiqués ( 4h40 de marche aller/retour )

A Ax les Thermes , nous retrouvons nos 2 compères avec qui nous partageons le pot de l’amitié ..

Vers 18h,après un trajet routier sans encombre nous retrouvons nos foyers , nous pouvons dire (la météo aidant ) que nous avons passé trois bonnes journées

Un grand merci à tous pour l’état d’esprit, de convivialité et une grande reconnaissance aux gardiens d’En Beys et de la Maison Sarda pour leur générosité et leur dévouement

Merci à Jacques pour cette excellente initiative ( son but a été atteint : photographier le couloir célèbre de Naguille et grimper la Dent d’Orlu )

Merci Richard

Dent d’Orlu (2222m.)
Dent d’Orlu (2222m.)
Dent d’Orlu (2222m.)
Dent d’Orlu (2222m.)
Dent d’Orlu (2222m.)
Dent d’Orlu (2222m.)
Dent d’Orlu (2222m.)

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 5 Août 2018

Il est toujours bien agréable d’aller visiter les Pyrénées Ariégeoises.

Durant ces 3 jours nous sommes retournés sur des itinéraires des nos anciens exploits.

 

Première étape, vers le refuge d’en Beys. Il faut passer par Ax- les- Thermes, aller aux forges d’Orlu  et au parking de Fanguil. Ceci nous occasionne 2h30 de route par temps normal. Hélas en ce 4 août, (anniversaire maudit pour les privilégiés) d’importants bouchons routiers s’étaient formés ;  en particulier celui, classique, de Tarascon sur Ariège. Plus d’une heure de perdue. Nous entamons la montée au  refuge vers 15h. Quatre de nos amis, plus prévoyants et plus matinaux que nous, étaient partis vers 5 heures, ils avaient évité ce genre de désagrément. Enfin, vers 18h30 tout le groupe était réuni.

Nous avons eu durant le repas, à déplorer un fâcheux contretemps. Un de nos amis a subi un sérieux malaise vagal. Par précaution, un médecin consulté a préféré le faire évacuer. C’est ainsi qu’un hélicoptère de la gendarmerie est venu le chercher vers 21h, et l’a emporté vers l’hôpital de Foix .Il a ainsi évité les bouchons de Tarascon ce petit veinard !! Aux dernières nouvelles tout va bien pour lui et il va bientôt nous rejoindre au cours d’autres randonnées.

Nous quittons le refuge le lendemain vers 8h pour rallier l’étang de Naguille en passant par la Couillade d’en Beys.  

Il faut longer le lac d’en Beys par sa rive gauche, passer devant les étangs  de la Couillade, et s’élever de 400m par un sentier assez raide. Ayant passé ce col à 2345m, on redescend vers les étangs des Peyrisses puis le sentier se dirige plein nord vers l’étang de Naguille 1890m. Le paysage est partout magnifique ce qui compense l’âpreté du sentier très caillouteux sur lequel, la chaleur aidant, la progression demande un certain effort.

A midi nous sommes au bord de l’étang de Naguille, trouvons un petit bosquet qui nous procure assez d’ombre pour consommer notre repas. Nous repartons à 13h, longeons tout le lac, ( il fait 2km) nous  sommes au barrage de l’étang vers 14h. Il reste 1000m à descendre pour retrouver le parking des forges d’Orlu. Les arrivées au parking se font en ordre dispersé. Néanmoins tout le monde est en bas à 16h30.

 

Nous reprenons nos voitures  pour quitter provisoirement l’Ariège et partons plein est pour atteindre le joli petit village d’Espousouille  non loin de la station de ski des Angles. Nous sommes passés par le col de Pailhères (2000m), magnifique, assez sauvage, au cours duquel nous avons par petits endroits partagé la route avec la gente ovine. Nous arrivons au gite dans lequel nous avions retenu nos places. Il est très confortable, l’accueil très chaleureux et le repas excellent. Après la rude journée que nous avions passée cela nous ai fait le plus grand bien.

Merci Jacques

 

Simon de l'abreuvoir

 

 

 

 

 

Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 31 Juillet 2018

Partis de très bon matin, sous la direction de Pierre, nous sommes allés faire un petit tour en Espagne vers le tuc des Armeros. Un peu avant Vielha nous avons bifurqué à gauche et emprunté une route étroite mais très bien revêtue qui nous a conduits au Saut deth Pitch (1500m), il est 8h, départ de la randonnée.

Après avoir admiré une très belle cascade, nous avons suivi le sentier qui pendant une petite heure serpente en forêt puis débouche dans des prairies où il est parfois moins visible. Pas de problème, le chef connait parfaitement l’itinéraire. Nous montons une série de ressauts, en certains endroits la pente est bien raide. Mais la vaillante petite troupe progresse régulièrement en admirant au passage toute une série de belles fleurs mais surtout en humant « ce  parfum léger de leur air embaumé ». C’était d’autant plus facile à humer que ces pentes raides activaient notre respiration !

A 11h nous étions au col (vers 2400m). Après avoir grimpé sur une petite éminence voisine et admiré le paysage, l’ensemble du massif de la Maladetta et du Luchonnais se présentant à nos yeux, nous avons quitté ce col et longeant la base du Tuc des Arméros, nous avons atteint un autre col plus à l’est qui nous a permis de voir le Maubermé.

Un peu plus bas, les rives d’un petit laquet nous ont procuré une agréable salle à manger. Le petit déjeuner était bien loin, le début du repas fut bien silencieux, chacun étant bien occupé à se restaurer. Nous n’en avons pas moins admiré le Maubermé et constaté qu’il était bien visité.

Repartant à 13h nous avons entamé la descente par le même itinéraire. Par endroits, la pente du terrain nous imposait un minimum de vigilance, tout se passa bien. Comme d’habitude certains descendent nettement plus aisément et vite que d’autres. Il n’empêche qu’à 15h30 tout le monde était rendu aux voitures. Nous avons dénivelé environ 1000m ce n’est pas si mal.

Belle balade, sauvage, fleurie, embaumante, beau panorama, un peu sportive !

Merci Pierre

Simon de l’Abreuvoir

Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 15 Juillet 2018

En ce jour de finale de coupe du monde de football, 11 adeptes du soulier montagnard ont grimpé tranquillement Le Cabaliros

Après avoir pris la route forestière et pastorale à Sireix, le parking s’effectue à environ 1600m., au premier parc à bestiaux

De là, nous marchons sur la piste, passons à droite du Pic Arraillé (2018m.) et rejoignons la cabane d’AURIOS (2050m.)

Le sentier vire à droite pour croiser la crête ( rochers de la Touette ) que nous suivons jusqu’au Pic après une montée d’environ 800m. de dénivelé

Nous nous extasions devant le panorama sublime ( à 360° ) offert par ce sympathique belvédère.

Le repas de midi englouti , nous redescendons par la crête Nord-Est ,le Clot de la Touette et la cabane d’Aurios pour rejoindre nos voitures vers 15h.

Nous serons de retour à la maison juste à temps pour la finale.

Nous avons passé une agréable journée ensoleillée …………

Merci à Anik

Ricardo de la Fuente

Pic du Cabaliros (2334m.)
Pic du Cabaliros (2334m.)
Pic du Cabaliros (2334m.)
Pic du Cabaliros (2334m.)
Pic du Cabaliros (2334m.)
Pic du Cabaliros (2334m.)
Pic du Cabaliros (2334m.)
Pic du Cabaliros (2334m.)
Pic du Cabaliros (2334m.)
Pic du Cabaliros (2334m.)
Pic du Cabaliros (2334m.)
Pic du Cabaliros (2334m.)
Pic du Cabaliros (2334m.)

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 9 Juillet 2018

Jean-Pierre  nous invite à gravir avec lui, le Petit Vignemale. Nous sommes 10, inconscients peut-être pour certains, à lui répondre : Présent.

Ce 8 juillet vers 11 heures, nous quittons le barrage d’Ossoue 1834m et nous nous dirigeons vers le refuge de Bayssellance. Après, avoir pris un léger repas, inspecté les grottes de Bellevue et essuyé une petite averse, nous arrivons au refuge (2651m) vers 15h. Le soleil daigne nous y accueillir, ceci nous  permet de faire légèrement sécher nos vêtements. Nous avons presque dénivelé 1000m,  notre journée étant déclarée bien remplie, nous n’avons plus quitté refuge le reste de l’après midi. Nous pouvions ainsi contempler ce Petit Vignemale qui, paraissait assez impressionnant. En outre, il est bien enneigé et les crampons que nous avons portés jusque là, risquent de nous être utiles demain.

L’accueil au refuge de Bayssellance (le refuge gardé le plus haut des Pyrénées) est très chaleureux et la nourriture y est excellente.

 Après une nuit réparatrice (comme il est coutume de dire !), nous partons et nous nous dirigeons vers la Hourquette d’Ossoue  (2734m). De ce lieu, le petit Vignemale nous apparait plus sympathique et malgré son  enneigement,  nous voyons le sentier longeant sa crête nord-est ,dégagé. Nous allons le garder pratiquement jusqu’au sommet, il était bien raide,  mais ainsi nous avons pu monter au sec jusqu’au bout.

Inutile de décrire le panorama que peut offrir ce sommet sur l’ensemble du cirque de Gavarnie,  le glacier d’Ossoue sur lequel  nous voyons quelques montagnards partis à l’assaut de la Pique Longue qui nous domine de presque 300m. Nous sommes dans la haute montagne un peu vertigineuse, c’est un sentiment que nous n’éprouvons pas partout. Nous en profitons au maximum y retournerons-nous un jour ?

Il faut quitter cette ivresse et redescendre. Notre chef nous fait prendre un autre itinéraire, moins exposé que celui de l’aller. Quelques névés seront à traverser mais tout se passe bien et nous nous retrouvons à la Hourquette vers 11 heures.

De retour à Bayssellance nous déjeunons. Nous fraternisons avec une marmotte nommée Sidonie, pas du tout craintive. Elle a bien intégré les bienfaits du tourisme de montagne et sait parfaitement demander quelques douceurs. Nous échangeons nos impressions avec d’autres  montagnards, certains viennent de loin, ils ont gravi le Petit ou le Grand Vignemale l’ambiance est très amicale.

Décidément ce refuge est dur à quitter nous  le faisons à regret et prenons le sentier du retour. Petit problème : le ciel très bleu ce matin mais qui au fur et à mesure s’était couvert ne nous laisse plus de répit.  Nous n’avons pas parcouru la moitié de la descente, que la pluie et un peu de grésil nous arrosent abondamment. C’est dans ces conditions que nous rejoignions  le barrage d’Ossoue. Nous croisons plusieurs groupes de montagnards qui malgré ce  temps orageux, montent vers le refuge. Nous leur souhaitons bon courage. Par chance lorsque nous arrivons aux voitures,  la pluie cesse. Nous pouvons nous essorer et nous changer légèrement au sec. Toujours ça de pris.

 Epuisés (pas forcément) mais ravis  (surement), nous prenons un chaleureux pot de l’amitié à Gèdre

Hormis ce petit inconvénient pas bien méchant, et dont tu n’es pas responsable, tu nous as fait faire une magnifique randonnée, un beau 3000, merci Jean Pierre.

Simon de l’Abreuvoir

Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m
Le Petit Vignemale 3021m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 4 Juillet 2018

Ce sont dix solides montagnards très motivés qui sont partis affronter les pentes raides du cirque  Cagateille puis des étangs de Turguilla,

Sortie du samedi 30/06

Départ 8h50 alt. 985m. : dén. 1000m…..   vers le cirque de Cagateille, ou l’on a pu admirer les étincelantes cascades dévalant des hauteurs enneigées

De magnifiques fleurs, dont des lys des Pyrénées vont  jalonné notre itinéraire très sportif jusqu'à l’étang de la Hillette (1797m.)

Le décor est sublime (2 cabanes de berger l’agrémentent et l’étang, que nous avons admiré depuis les hauteurs (rive droite ) est d’une incomparable beauté.

Ayant perdu du temps, nous décidons de ne pas faire le circuit par l’étang d’Alet (1904m.) Nous redescendons par le même itinéraire, pour rejoindre notre hôtel à Aulus les bains

Anecdote ! : à St Lizier nous allons boire le pot de l’amitié dans un bar du village où une douzaine de personnes visionnaient le match ; Argentine – France. A notre arrivée la France était menée 2-1 Nous avons helé le tenancier pour lui commander quelques demis et surtout 1 but français ce qui fût fait dans les quelques minutes suivantes

Ayant porté chance à la France, les clients du bar nous ont priés de ne pas partir avant la fin du match….. ainsi, un peu grâce à nous la France a gagné (soyons crédules !! )

Dimanche 1er juillet : dén. 900m.

Après un accueil très chaleureux à l’hôtel des Oussailles et une soirée très sympathique autour d’un excellent  repas , nous repartons vers les hauteurs de la station de ski de Guzet (1616m.)

Craignant pour les voitures, le guide préfère user les jambes des solides marcheurs qui entament 1h. de marche sur la piste conduisant au cirque Gérac (1820m

De là, nous traversons le ruisseau « de Gérac », nous passons près de la  la croix de J.P. FORBERT , mort à 18 ans en 1876 (tué par la foudre)

Après nous descendons la falaise par des échelles fichées dans la roche ….. cette  descente en via ferrata dure plus de 15mn…. Et nous retrouvons le sentier qui monte vers   l’étang de Piède (1906m.) que nous contournons par la gauche pour rejoindre l’étang d’Astoue (1964m.)

La montée continue jusqu’à la cabane de Turguilla (2068m.) puis nous nous dirigeons vers l’étang de la Réglisse (2098m.).Nous déposons nos sacs gardés par 2 aimables compagnes et grimpons plus haut à l’étang de la Croisette( le détour est à ravir)

Le retour par le même itinéraire se passe sans encombre, le 1er groupe parti devant faire du stop (auto) à facilité le retour du2ème groupe dans un timing parfait……

Le cœur joyeux, une petite saine fatigue et nous retournons vers nos foyers

Merci à cette équipe pleine d’entrain ( eh oui …. Le cheminot !!!)  et de bonne humeur.

Un seul  regret ou plutôt un souhait ( celui de revenir faire les circuits que nous n’avons pu faire)

A bientôt donc pour d’autres aventures !!!!

Un grand  MERCI  a toi  RICHARD

Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla
Sortie du 30/06 et 1er juillet 2018 en Ariège Cirque Cagateille -  Etangs deTurguilla

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 27 Juin 2018

Au mois d’octobre 2017, au cours d’une randonnée improvisée en Espagne pour fuir le mauvais temps qui sévissait en France, Alain nous avait emmenés au refuge de Montinier. De ce lieu nous regardions le col de Portiello (nommé sur la carte Portillo de Tella) qui nous dominait de 400m nous  nous étions promis de le gravir ultérieurement. Promesse tenue.

Alain et ses 17 compagnons traversent le barrage de Javierre un peu après 8h30 et s’engagent sur le Gr 191. Le sentier qui s’élève dans la forêt est parfois un peu rude, il fait assez chaud mais nous sommes à l’abri du soleil. Deux heures après nous sommes au refuge de Montinier 1670m. Il nous reste 400m à grimper.

Le sentier très ensoleillé devient assez caillouteux toujours un peu rude par moments, sauf vers la fin. Tout le monde le monte vaillamment et à midi nous atteignons le col. Petite déception, sur son versant sud, vers Tella, la vue est totalement bouchée par des nuages, nous ne pourrons que contempler le panorama au nord avec sa série de grands sommets : La Munia, La Robinëra, la Punta Fulsa  et tous les autres.

Les estomacs sont bien vides après ces 1000m d’ascension, il est temps de penser à eux.

 Après beaucoup d’hésitation, mais la vérité avant tout, le narrateur se doit d’indiquer à sa grande honte évidemment, qu’il n’y a pas un, mais deux anniversaires à fêter. Inutile de s’attarder sur les conséquences d’un tel évènement. Cette fâcheuse habitude  de fêter de la sorte les anniversaires, si elle n’est pas très sportive, agrémente d’autant plus le plaisir d’être ensemble et de partager le repas dans un si beau site.

 

A 14h nous redescendons. Sur ces sentiers un peu raides et caillouteux il vaut mieux être prudent. Une petite visite au refuge de Montinier  en passant, nous continuons ensuite la descente et arrivons au barrage vers 16h30.

Certains sont fatigués, mais le pot de l’amitié ragaillardit tout le monde.

Il se gagne ce col, mais c’est une très belle balade.

Merci  Alain

 

Simon de l’Abreuvoir

Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m
Le col de Portiello 2067m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 17 Juin 2018

En fin de compte, en cette période météorologique bien tourmentée, Bernard nous propose de monter au Soum de Monpelat. La neige a disparu de ce sommet, il n’y a donc pas d’équipement spécial style piolets et crampons à porter. Ensuite si nous avons une chance de trouver le soleil c’est dans cette région du massif du Néouvielle que nous le trouverons. Il suffit pour s’en persuader de contempler la végétation de style méditerranéen qui y pousse. Dernier  argument,  ce sommet très accessible est un magnifique belvédère.

Pour toutes ces raisons, les 14 compagnons de Bernard partent du parking d’Artigusse un peu après 8h30 et se dirigent vers le lac de l’Oule. La prévision météorologique s’est révélée une fois de plus exacte, après avoir connu un temps très maussade pendant tout le trajet, nous sortons magiquement des nuages et le ciel bleu nous apparait. Il ne nous quittera plus. Le temps d’arriver au barrage, le traverser, longer un peu le lac, nous empruntons à 10h le Gr10 qui nous conduit au col d’Estoudou 2260m. Cette grimpette de 440m est assez rude mais la petite troupe est vaillante et tout le monde est au col à 11h15.

Un petit répit et nous attaquons la montée finale vers le pic. Là aussi le sentier qui serpente le long de la crête sud est un peu raide par moment,  mais il est facile par temps sec. Les arrivées au sommet se font de façon échelonnée,  vers 12h15 la troupe est au complet.

Nous  admirons le somptueux paysage. C’est en cette saison qu’il faut venir au Monpelat, tous les grands sommets qui l’entourent sont encore recouverts d’une bonne couche de neige, à commencer par le Néouvielle, le Maubic, le Campieil etc. Seul le pic Long n’est pas enneigé, comment la neige pourrait-elle tenir  sur cet imposant piton rocheux à la silhouette si caractéristique? Si l’on baisse les yeux, ce sont tous les lacs très nombreux en cette région qui nous apparaissent en commençant par Orédon, Aubert, Aumar  etc,  etc.  La route qui serpente entre Orédon et Cap de Long nous donne un effet de vue aérienne.

Après notre habituel repas, vers 13h30, nous  quittons à regret ce si beau panorama et redescendons. Petite halte au col pour regrouper tout le monde,  nous reprenons le Gr  arrivons au lac à 15h puis retrouvons nos voitures à 16h. Il n’est pas sympathique le nouveau parking ! Il faut remonter 20 ou 30 m pour y accéder, en rentant de balade on s’en passerait volontiers. Heureusement que le pot de l’amitié un peu plus bas nous récompense de tous ces efforts. Nous avons presque dénivelé 1000m.

Bernard, tu nous as fait faire une magnifique randonnée. Un grand merci.

Simon de l’Abreuvoir

Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m
Le Soum de MONPELAT  2474m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 10 Juin 2018

Pierre nous propose de (re)visiter ce sommet très intéressant.

Nous partons tôt, nous sommes à Espierba (petit village situé à 6 km à l’ouest de Bielsa)  vers 8h30. Une large piste nous amène au col (1850m) et ensuite nous n’avons plus qu’à longer approximativement la crête vers l’ouest. Au départ, cette crête n’est pas très pentue, mais après avoir débouché sur un petit col nous voyons au loin le sommet. Il se présente comme une pyramide bien fière !  Il va falloir l’escalader ! Nous y arrivons au pied, il nous reste environ 250m à gravir. Quelques amis estimant que leur journée est déjà bien remplie,  décident de s’arrêter dans un  endroit très agréable présentant une très belle vue.

C’est une aubaine pour  tout le reste du groupe ; nous leur confions nos sacs à dos et repartons ainsi un peu plus légers. Ce n’est pas inutile la montée finale est bien raide. Comme d’habitude certains  le ressentent plus que d’autres. Enfin tout le monde arrive au sommet. Il est 11h15.

Le Comodoto est un magnifique belvédère permettant d’admirer : à l’ouest  le mont Perdu et tous les sommets de ce massif et au nord le pic de la Munia, Pène Blanque etc. Un quart d’heure pour se reposer des efforts de la montée et pour apprécier le panorama,  nous redescendons. Le début de descente sur ce terrain pentu et rocailleux est délicat, tout se passe bien, aucune chute même minime n’est à déplorer. Nous retrouvons nos camarades reprenons nos sacs et le risque d’orage n’étant pas exclu, nous retournons vers le col.

C’est un site très accueillant qui nous permet de déguster très confortablement et agréablement notre repas.

Il ne nous reste ensuite qu’à retourner aux voitures, vers 15 heures nous y sommes.

Un arrêt traditionnel chez Luis et nous repassons le tunnel. L’orage qui nous avait épargnés en Espagne vient fêter notre retour en France.  Mais nous sommes  à l’abri !

Une bien belle balade, un magnifique point de vue.

Merci Pierre

Simon de l’Abreuvoir

Le Comodoto 2354m
Le Comodoto 2354m
Le Comodoto 2354m
Le Comodoto 2354m
Le Comodoto 2354m
Le Comodoto 2354m
Le Comodoto 2354m
Le Comodoto 2354m
Le Comodoto 2354m
Le Comodoto 2354m
Le Comodoto 2354m
Le Comodoto 2354m
Le Comodoto 2354m
Le Comodoto 2354m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 27 Mai 2018

Voici ce que l’on peut nommer : Passer entre les gouttes. La météo de ce dimanche est franchement mauvaise. D’importants orages sont annoncés dans toute la région.

Richard notre chef, avait initialement imaginé de nous faire randonner dans le cirque de Cagateille en Ariège. Très sagement il modifie son programme et nous propose une sortie plus modeste vers le refuge de Campana.

Nous partons assez tôt, à 8h30 nous sommes au virage du Garet sur la route du col du Tourmalet, et nous partons en direction du lac de Gréziolles. Une rude montée d’une demi-heure nous amène au Gr10 que nous allons suivre jusqu’au bout. Nous progressons dans un vallon très fleuri, primevères, gentianes, renoncules et bien d’autres nous offraient un charmant spectacle bien éclairé par un soleil qui, en ce début de matinée, ne nous boudait pas trop. Nous arrivons au barrage des Laquets. Nous voyons au-dessus de nous le barrage du lac de Gréziolles. Il est 11 heures, certains membres du groupe accusent un peu de fatigue (quelle litote !) et le ciel, encore un peu clément, nous envoie des signes nous faisant comprendre que cette clémence ne sera pas obligatoirement durable. Nous décidons donc de chercher un coin pour nous restaurer. En longeant le lac sur sa rive gauche, nous trouvons assez rapidement une série de petits rochers nous offrant une salle à manger très convenable. Bien au-dessus de nous (presque 700m)  le Pic de Bastan, majestueux,  nous montre sa face nord bien enneigée, on ne le gravit pas encore.

Le repas est comme toujours très sympathique, de plus,  il y a un anniversaire à fêter (tiens, il y avait longtemps !). Mais nous ne nous attardons pas et prenons le chemin du retour à midi !

A 14h15 nous retrouvons nos voitures et le temps de nous déchausser, levant la tête pour visionner notre itinéraire de descente, nous ne voyons que le brouillard qui nous a suivis sans toutefois nous rattraper. Ce n’était rien comparé à l’orage qui nous a accueillis à Lannemezan.  Mais nous étions arrivés !!

Une belle et sympathique balade dans un bon créneau météorologique.

Richard, le ciel fût avec toi, un grand merci.

Simon de l’Abreuvoir    

Réservoir des Laquets 2041m
Réservoir des Laquets 2041m
Réservoir des Laquets 2041m
Réservoir des Laquets 2041m
Réservoir des Laquets 2041m
Réservoir des Laquets 2041m
Réservoir des Laquets 2041m
Réservoir des Laquets 2041m
Réservoir des Laquets 2041m
Réservoir des Laquets 2041m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0