Publié le 27 Novembre 2016

S’il fait un peu frisquet dans le fond des vallées, le soleil aidant, la température sera plus douce en altitude.

C’est ce qu’allèrent vérifier 16 montagnards qui partirent sous la direction de Pierre en direction des crêtes du Bassia. Effectivement, un temps magnifique et relativement doux (au soleil) nous attendait au col de Beyrède. Le temps d’aller garer une de nos voitures un peu plus loin à l’ouest, (précaution intéressante pour ne pas avoir à faire, en fin de randonnée, 3km supplémentaires), tout le monde était prêt et équipé pour démarrer à 9h10 et emprunter l’itinéraire très classique du Signal du Bassia. Arrivés 1 h après, sur la crête, nous tournons le dos au Signal et partons plein ouest en direction de Pène Lise. Nous cheminons allègrement sur cette crête, le versant nord est légèrement enneigé, une neige craquante qui porte bien. Nous passons Pène de la Téoulère. Le panorama est magnifique, coté nord nous avons une vue très étendue sur la Bigorre et le Gers). Coté sud, les grands sommets, magnifiquement enneigés, et bien sur, au premier plan, le Pic du Midi.

Bientôt la crête se fait moins hospitalière, nous pénétrons dans une zone rocheuse dans laquelle nous avançons plus lentement, nous sommes sur le versant nord, et une végétation un peu touffue nous prive du soleil. Enfin, au bout de 3/4h, suprême récompense nous trouvons une porte de sortie pour revenir  sur le versant sud et son soleil ; nous sommes au niveau de Pène de Bédout.

Comme par hasard les cloches de la vallée ont sonné midi, il est temps de nous installer pour manger et fêter un joyeux anniversaire à deux de nos amies. Le repas fut donc très agréable avec comme seul voisin le pic de midi. Les meilleures choses ayant une fin, il faut songer à repartir.

Le retour de fait dans des herbages en suivant par moment des sentes de mouton, ensuite nous descendons directement  sur la route qui nous conduira aux voitures du col de Beyrède.

Tout le groupe étant rassemblé, suivant l’humeur de certains les itinéraires de descente ont été variables, et toutes voitures ayant retrouvé leurs passagers, nous revenons sur Sarrancolin, où après avoir dégusté le pot de l’amitié, nous dûmes nous séparer.

Très belle balade, ces crêtes légèrement enneigées et ce passage sur un terrain rocheux et déchiqueté, ont apporté un piment certain à cette rando vraiment montagnarde. Et que dire des anniversaires !!

Nous n’en attendions pas moins de toi, Pierre, grand merci.

Simon de l’Abreuvoir

Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia
Les Crêtes du Bassia

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 20 Novembre 2016

Une randonnée en Espagne vers Plan et Servetto était prévue, mais une fois n’est pas coutume, le mauvais temps sévissait sur cette région et plus généralement sur les Pyrénées. Un vent violant balayait la chaine du sud au nord entrainant de fortes précipitations au sud (comme dit la météo).

Fort heureusement nous avons eu sur notre région, droit au foehn et à son effet spécial. Celui-ci  nous a  gratifié  d’un ciel dégagé et d’une température clémente.

Notre cheftaine décida ainsi de nous conduire vers le plateau de Payolle, l’esprit n’était pas à la recherche d’exploit sportif ou d’escalade vertigineuse mais tout simplement de visiter cet endroit que tout le monde connait bien pour y passer souvent dans le but de gravir un des nombreux sommets environnants. On peut résumer la matinée en disant que nous sommes allés de cabane en cabane. Il y a quelques décennies toutes ces cabanes étaient en ruine, a présent certaines on été magnifiquement restaurées.

Cependant vers 11 heures, Annick a estimé a juste titre, qu’il fallait tout de même faire une petite grimpette, notre seul exploit jusque là avait été de traverser un torrent sur un pont fait avec 3 troncs d’arbre humides. Une ascension sur une petite crête s’imposait donc, ce qui fut fait. En contre-bas une cabane nous ouvrait ses bras et nous allâmes déguster notre pique-nique à ses abords.

Le retour aux voitures fut assez rapide, cela arrangeait certains membres du groupe qui avaient en fin d’après midi des activités diverses et variées. Nous étions partis à 14, nous revînmes bien à 14 malgré par moment une certaine tendance à l’éparpillement, et retrouvâmes un 15ème larron qui ayant eu des obligations familiales dans la matinée ne pouvait être des nôtres mais vînt amicalement à notre rencontre.

Le pot de l’amitié, sur  les allées des Coustous à Bagnères, dans un café très accueillant, clôtura cette belle et sympathique journée.

Merci Annick

Simon de l’Abreuvoir

Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle
Les Courtaous de Payolle

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 17 Novembre 2016

Dén.1050m.

Départ du pont de Manau (Cayres de By ) alt.778m.

Menée par Jean-Pierre, qui expérimentait une nouvelle méthode d’orientation par GPS, une petite équipe de 8 personnes s’est élancée sur les pentes d’un sentier balisé en jaune, menant aux granges d’Ordincède (alt. 1340 m.)

Le chemin très agréable, serpente dans une zone calcaire mise en valeur par les rayons du soleil éclairant les falaises multicolores

Des granges d’Ordincède, nous nous sommes dirigés vers le col du Lhéris (1383m.) en passant par le col de Courouau, la cabane de Banios et la hêtraie sombre de Paillas

Du  col , un sentier raide nous a conduit au sommet du HABOURA  (dit aussi Caoutérou)

Après 3 h. de montée le casse croûte a été bien apprécié

La redescente, à travers crêtes rocheuses et hêtraie ne fut qu’une formalité (1h50 sur le sentier un peu roulant)

Un détour par la fontaine de Crastes (à la recherche d’une géocache) et le pot de l’amitié ont conclu cette superbe journée

Merci à Jean-Pierre, grand animateur de cette sympathique randonnée

Ricardo

Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.
Le Haboura  1628m.

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 1 Novembre 2016

« Ils sont venus, ils sont tous là », dès qu’ils ont  entendu sur les ondes l’annonce d’une météo radieuse et qu’ils ont lu sur le programme la promesse d’une ascension  facile.

 Ainsi, 13 randonneurs quittent l’Hospice de France à 9h10 et se dirigent vers la cabane de Campsaure en empruntant le chemin des chèvres. Ce sentier mérite bien son nom, un peu étroit, escarpé, pentu par moments, pas méchant en vérité, il nous amène directement à la cabane de Campsaure, coquette petite cabane. Moins d’une heure après nous sommes au col de Barèges 1749m. Nous y trouvons un peu de monde, il faut dire que son versant espagnol est accessible par une piste, provenant du col du Portillon, très praticable en 4X4.

Il ne nous reste plus qu’à emprunter le sentier, un peu raide au début et qui se radoucit par la suite, qui nous conduit au sommet. Nous y arrivons comme par hasard à midi.

Très beau panorama, les cartes se déplient et chacun cherche à mettre un nom sur cette profusion de beaux pics, certains légèrement enneigés, qui s’offre à notre regard. Un grand absent cependant, l’Anéto est masqué par le pic de la Mine, mais le reste du massif de la Maladéta avec son glacier très brillant au soleil, nous est bien visible.

Nous nous attardons au sommet et, après notre classique pique nique, nous redescendons.

Une petite visite à la cabane située au col de Barèges, elle est ouverte nous la visitons elle est très belle avec son petit perron, et très hospitalière.

Ensuite plusieurs solutions s’offrent à nous pour le retour. Nous abandonnons l’option de l’aller par le chemin des chèvres, nous n’allons pas non plus en traversant le plateau de Campsaure retrouver l’itinéraire de l’Entécade. Tout simplement nous empruntons le chemin de Louise qui, contournant le sommet du plateau nous amène sur l’ancienne route de l’hospice de France. Elle était en service jusque en 1977 avant qu’un orage un peu plus violent que las autres ne provoquât son effondrement.

 Mauvaise surprise, il faut la remonter  sur presque 1 km et donc ajouter 100m de dénivelée à notre sortie. Ainsi nous aurons fait 750m.

Cela en valait la peine. N’est-ce-pas ?

Simon de l’Abreuvoir

Merci  Jacques

Le Tuc du Plan de la Serre 1977m
Le Tuc du Plan de la Serre 1977m
Le Tuc du Plan de la Serre 1977m
Le Tuc du Plan de la Serre 1977m
Le Tuc du Plan de la Serre 1977m
Le Tuc du Plan de la Serre 1977m
Le Tuc du Plan de la Serre 1977m
Le Tuc du Plan de la Serre 1977m
Le Tuc du Plan de la Serre 1977m
Le Tuc du Plan de la Serre 1977m
Le Tuc du Plan de la Serre 1977m
Le Tuc du Plan de la Serre 1977m
Le Tuc du Plan de la Serre 1977m
Le Tuc du Plan de la Serre 1977m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 25 Octobre 2016

Ce dimanche c'est un groupe de 15, qui malgré un temps incertain,au départ du Lac D'Aumar s'élancent vers le Pic de Gourguet .En fait, après avoir franchi le col d'Aumar 12 se dirigent vers le Pic de Gourguet  2619m. et 3 d'entre nous cheminent vers le lac de Gourguet.

 

La montée rapide, agréable, accompagnée du vent d'autan ( froid aujourd'hui) permet à tous de regarder le lac Supérieur, le lac de l’Ile et au sommet du Pic encore des lacs : ceux de Madamète ,  de Port Bielh , un laquet du Bastan, le lac vert assèché et le lac du Gourguet.

Immanquablement, le Pic du Midi nous dévoile toute sa structure scientifique...les nuages ont été chassés!

 

Tout le groupe se retrouve à midi  au bord du lac du Gourguet au pied du pic du Bastan toujours aussi majestueux ,pour fêter l'anniversaire de Jeannot , notre mentor, et de Richard notre Président dans une joyeuse ambiance.

 

Les  grands adolescents du groupe, en profitent pour se masser les mollets mutuellement ( ils avaient du souffrir pendant la montée!), et se tenir chaud!

 

3 heures de descente par le sentier de Port Bielh nous ramènent au Lac de l'Oule vidé de son plein d'eau !Il en est étonnant ce lac !!! d'autant qu'il est cerné par de travaux conséquents!

Enfin, nous rejoignons les voitures au parking d'Artigusse sous une petite bruine.

 

Merci Richard pour cette belle rando d'automne!

Pic du Gourguet 2619m. et le lac
Pic du Gourguet 2619m. et le lac
Pic du Gourguet 2619m. et le lac
Pic du Gourguet 2619m. et le lac
Pic du Gourguet 2619m. et le lac
Pic du Gourguet 2619m. et le lac
Pic du Gourguet 2619m. et le lac
Pic du Gourguet 2619m. et le lac
Pic du Gourguet 2619m. et le lac
Pic du Gourguet 2619m. et le lac
Pic du Gourguet 2619m. et le lac
Pic du Gourguet 2619m. et le lac
Pic du Gourguet 2619m. et le lac
Pic du Gourguet 2619m. et le lac

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Repost0

Publié le 19 Octobre 2016

Ce samedi 15 octobre 6 vaillants démarrent à 7h de ST LAURENT pour le Mont Rebei.

Arrivée à 9h 30 et départ immédiat sous un beau soleil espagnol.

Cheminement agréable et spectacle coloré et méditerranéen assurés.

12H 30 repas sous l'œil intéressé des buitres aragonais et observation attentive du congosto et de l'embalse 300mètres plus bas .

Descente et piste jusqu'à l'albergue du Monfalco,visite de l'hermita tout proche .

excellents accueil, repas et logement.

Dimanche 16 départ à 8h30 descente en direction de l'embalse et attaque des escaliers accrochés à la falaise en toute sérénité,franchissement de la passerelle suspendue au dessus des canoës colorés des navigateurs 50 mètres plus bas.

Cheminement agréable en suivant la vire dominant de 10 à150 mètres les eaux émeraudes de l'embalse et en se faufilant entre les nombreux randonneurs attirés par l'originalité du parcours.

Retour par le même chemin revire et reéchelles sans toutefois ètre génés contre toute attente par les collègues randonneurs qui s'arrêtaient nombreux à la vue du parcours.

Retour dés 16h et après 200 km séparation d' un  groupe très agréable avec qui j'aurais plaisir à retenter quelques sorties originales. Personne n'est tombé , personne n'a eu peur, tout le monde semblait satisfait de l'opération . A la prochaine !

Merci Pierre

Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei
Mont  Rebei

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 10 Octobre 2016

~~C’est une fière équipe de 16 hardis montagnards qui, sous les ordres débonnaires mais précis d’Alain, s’élance à l’assaut de ce sommet non moins fier et hardi.

Il va sans dire que le temps couvert qui existe au départ, ( l’Hospice du Rioumajou), n’altère en rien l’humeur de la troupe. Effectivement vers 2000m, le brouillard fut pourfendu et un joli ciel bleu nous accueillit. Nous arrivâmes au col vers 11h30.

A cet endroit la magnifique homogénéité du groupe subit un sérieux revers. Sous des prétextes plus ou moins valables, 4 personnes décidèrent de ne pas aller plus loin. Ainsi c’est une troupe amputée de 25% de ses effectifs qui entreprit la montée finale vers le pic.

Les 4 tire-au-flanc, n’éprouvant aucun scrupule de leur désertion, trouvèrent un endroit bien abrité au col et entamèrent leur repas. Malgré tout ils surveillaient la progression de leurs camarades et les virent arriver au sommet. Ce spectacle était joli, car, vu du col, le pic présente un aspect arrondi, et les douze montagnards au sommet paraissaient être des poils de brosse dont la base était ce sommet. Cette image s’estompa, les randonneurs sans doute s’installèrent pour manger, il était 13h.

Ce fut le signal du départ pour le quarteron resté au col qui entama la descente en prenant un train de sénateur. Il faut dire que par moments il y a quelques passages rocheux qui demandent un minimum d’attention.

Les retrouvailles se firent à l’arrivée dans une grande allégresse ! Il fut conté qu’en quittant le sommet, les douze se dirigèrent vers l’est (tournant le dos au col), abandonnèrent ensuite la crête pour descendre dans un pierrier nettement plus pentu que sympathique. Ce récit épique conforta les tire-au-flanc dans leur décision de désertion.

Encore une bien belle randonnée.

Merci Alain

Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m
Le Pic d’OURDISSETOU 2597m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 6 Octobre 2016

~~Il faut aller visiter au moins une fois ce lac glacière, sauvage, d’un accès lointain par la route et qui nécessite ensuite de gravir des sentiers assez raides par moments. Lorsque nous sommes au bord de ces rives nous sommes pleinement récompensés des efforts accomplis.

Ce préambule met en évidence qu’il vaut mieux choisir une belle journée, claire et ensoleillée pour accomplir cette ascension.

Oui mais, il avait été décidé de fêter deux anniversaires auprès de ce lac. Deux camarades du club auprès de qui Saturne, ce redoutable et inquiétant dieu, avait effectué un certain nombre de « tours d’horloge et de sablier ». Mais, s’il avait légèrement réussi à leur faire « payer la gabelle » sous la forme de « grains de sable dans leurs cheveux », il n’avait en rien pu altérer la qualité de leurs aptitudes physiques sur les terrains montagneux, même les plus escarpés.

C’est ainsi que malgré une météo douteuse, 9 amis de ces deux randonneurs les accompagnèrent pour cette sortie. Nous progressons dans le bois de Pouzac, le sentier est bien marqué et l’itinéraire est bien balisé, heureusement car nous sommes dans le brouillard, à la sortie du bois nous aurions dû pouvoir admirer le Pic du Midi, ce sera pour une autre fois. Nous visitons les ruines de la cabane de Lahus, ensuite il parait qu’il y a le Cap de Labasset à notre gauche, admettons, enfin nous atteignons le lac.

Il est midi, c’est l’heure de la pause. Nous nous installons sur une petite éminence confortable et fêtons ces anniversaires.

A ce moment là, pour s’associer à cette célébration, le temps le lève et le lac se dénude de sa brume pour nous permettre de pouvoir admirer ces magnifiques rives. Quelle délicate attention !

Ce petit festin très frugal en vérité (enfin presque) étant achevé et le lac s’étant de nouveau drapé dans sa dignité brumeuse, nous prenons congé. Nous descendons par le sentier le plus direct, un peu abrupt par moments. Sans encombre nous retournons aux voitures.

Encore bon anniversaire à nos deux amis, et merci pour cette magnifique journée où, selon l’expression consacrée, le soleil brilla généreusement dans nos cœurs.

Simon de l’Abreuvoir

Merci Yannick

Le lac de Peyrelade 1919m
Le lac de Peyrelade 1919m
Le lac de Peyrelade 1919m
Le lac de Peyrelade 1919m
Le lac de Peyrelade 1919m
Le lac de Peyrelade 1919m
Le lac de Peyrelade 1919m
Le lac de Peyrelade 1919m
Le lac de Peyrelade 1919m
Le lac de Peyrelade 1919m
Le lac de Peyrelade 1919m
Le lac de Peyrelade 1919m
Le lac de Peyrelade 1919m
Le lac de Peyrelade 1919m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Repost0

Publié le 21 Septembre 2016

~~Une fois n'est pas coutume les marcheurs se sont transformés en cyclistes pour longer le Canal du Midi de Toulouse à Sète .

Le 12 septembre à 6h nous regagnons Toulouse avec armes (pardon!) vélos et bagages et sommes reçus par Janine qui assurait très gentiment la garde du vèhicule durant notre périple

. Départ à 9h en compagnie d'Anne Marie et Gabriel qui nous attendaient sur place. La sortie de Toulouse fut très animée au milieu des cyclistes touristes et travailleurs ,des coureurs à pied et autres usagers des bords du Canal.

Première étape sans histoires à Villefranche de Lauraguais sous un beau soleil.

Le lendemain le vent d'Autan était de la partie et nous donnait l'impression de monter des cotes en terrain plat !

Mardi matin au départ de Bram la pluie était là et ensuite la boue bien grasse et abondante. Ce furent donc 5 cycliste crottés qui durent se nettoyer au jet chez Anne Marie et Gabriel qui nous accueillirent à Carcassonne.

Les trois dernières étapes se déroulèrent agréablement sous un ciel clément successivement à Somail ,Béziers et Sète malgré le grand nombre de platanes sacrifiés à cause du chancre coloré.

Notre dernière étape fut rallongée d'Agde à Sète pour cause de défaillance d’hébergement,: l’hôtel retenu étant en fait fermé depuis deux mois !

Retour en train sur Toulouse à la grande satisfaction de nos vélos et de nos postérieurs légèrement mâchés!

Très belle sortie en compagnie d'un vaillant et très sympathique peloton. Merci à Janine pour l'accueil ,à Anne Marie et Gabriel pour l'accompagnement en camping car (pas de bagages à transporter et le casse croute de midi assuré ) ainsi que l'hébergement à Carcassonne.

Cette expérience sera peut être bien à renouveler là ou ailleurs car ce fut une réussite.

Merci à toutes et à tous !

Merci Pierre

Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi
Rando  Vélo  Canal  du  midi

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée

Repost0

Publié le 18 Septembre 2016

~~La chaine du Besiberri fait partie des fiers et grands sommets des Pyrénées, sauvages et pas très accueillants. Montagnards novices, abstenez-vous.

Par contre on peut plus modestement, accéder facilement au refuge qui sert de base de départ . C’est le but que se sont fixés 11 randonneurs.

Partant vers 9 heures du parking à la sortie du tunnel de Vielha, nous empruntons l’itinéraire qui nous mènera dans un premier temps à l’Estany de Besiberri. Nous sommes d’abord sur une large piste descendante, toujours sympa pour le retour ! Enfin celle-ci se remet dans une bonne position et amorce la montée. Une série de raccourcis un peu raides, nous permet de gagner de la distance, et aussi de nous habituer à ce qui nous attend par la suite.

Effectivement, le sentier à la fin de cette piste, devient pentu et caillouteux, mais nous amène sans problème à l’Estany. Le temps couvert ne nous permet pas d’apprécier totalement la beauté du site. La chaine du Besiberri, en face de nous est souvent cachée par les nuages. Malgré tout, ce lac en lui-même est magnifique. Nous le contournons par sa rive droite. Nous trouvons un sentier bien encombré de gros blocs de granit. En amont du lac nous nous dirigeons vers l’Estanyet, c’est un joli petit lac sauvage.

Il faut ensuite rejoindre le refuge que nous avons laissé à notre gauche, ceci est urgent, il est midi et les organismes ont besoin de refaire le plein de calories. Par des itinéraires un peu scabreux et détournés nous arrivons enfin à cette terre promise. Ce refuge est en fait une modeste cabane en tôle arrimée au sol par des câbles, mais elle s’avère très accueillante, la météo nous déconseillant de « manger en terrasse » !

Ensuite, nous redescendons vers l’Estany par la rive gauche, c’est plus direct et moins caillouteux. Le retour se fait sans histoire et les 80m que nous avons descendus à l’aller durent être remontés. C’est cela la cruelle loi de la montagne !!

Tu nous as amenés dans un très bel endroit et très sauvage.

Merci Annick.

Simon de l’Abreuvoir

Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri
Estany de Besiberri

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0