Publié le 23 Septembre 2018

C’est le 23 septembre, premier jour d’automne. « Les sanglots longs des violons de l’automne, blessent mon cœur………………….….. » écrit le prince des poètes, et il est suivi par bien d’autres. Josiane ne l’entend pas ainsi : il fait un temps estival et je vais leur prouver que même s’ils pleurent l’automne avec géni, ils se trompent !  Nous allons faire une rando formidable.

Elle ne s’est pas trompée.  Nous sommes 11 à l’accompagner, nous partons bien avant l’aube, il est 6h30, la campagne ne blanchit pas encore. Nous avons 2 heures de route avant d’arriver au point de départ.  Pour y accéder, après avoir franchi le tunnel de Bielsa, nous avons tourné vers le village de Chisagues et emprunté une route qui se transformant en piste nous conduit en cahotant à 2000m d’altitude au niveau d’une épingle à cheveu. Un parking herbeux et des vaches nous y accueillent.

Nous trouvons un très beau sentier qui montant plein nord, nous conduit 500m au-dessus de nous au « Collado de las Puertas ».  Bientôt un tout petit étang apparait et très rapidement nous voyons le premier lac de la Munia. Nous sommes montés tranquillement il est 10h30, nous avons tout le temps de musarder et d’apprécier le magnifique paysage qui nous environne. Passé le col, nous pénétrons dans le cirque de la Munia. Marchant plein nord, nous avons à notre droite les crêtes de la Robinera et en face Le pic de la Munia et Pena Blanca dont la blancheur de la roche est surprenante.

Peut-être le plus beau encore, en longeant le 1er lac par la rive droite, une fois les arêtes du Chinipro derrière nous, nous voyons à notre gauche le Mont Perdu, Le Cylindre avec ses couches géologiques  bien caractéristiques et le Marboré. Après ce ravissement nous progressons vers le second lac, le plus au nord. Sans nous presser nous arrivons au bout de ce lac et trouvons sous l’impulsion de Jean-Pierre (qui secrètement aurait bien aimé monter jusqu’au col de la Munia, il est insatiable!) une sympathique éminence dont la nature schisteuse nous offre de confortables tables et sièges pour savourer notre repas. Tiens, un de nos camarades fête son anniversaire ! Passons vite sur les conséquences. Durant ce repas nous tentons de deviner les traces du sentier qui monte au col de la Munia, quelques randonneurs qui se trouvent sur cet itinéraire nous y aident un peu. Par contre, une population qui pratique le hors piste attire nos regards. Une demi-douzaine d’isards traverse à flanc le cirque entre la Robinera et le col de la Munia, leur vitesse de déplacement sur des terrains aussi pentus et instables est impressionnante, très beau spectacle.

Les meilleurs choses ayant une fin, à 13h30 nous repartons en longeant la rive ouest des lacs, repassons le Collado de las Puertas et redescendons jusqu’au voitures que nous retrouvons vers 16h30. Toute la journée, nos yeux ont été éblouis  par la splendeur des paysages que nous avons pu contempler.

Nous partageons notre pot de l’amitié chez Luis et remercions chaleureusement Josiane pour cette magnifique journée d’automne, très riante, qu’elle nous a proposée. Verlaine, tu aurais dû venir avec nous !!

Simon de l’Abreuvoir

Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.
Les lacs de la Munia 2526m.

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 21 Septembre 2018

Le dimanche 2 septembre après avoir harnaché  voitures et camping car 10 cyclistes et assistance technique prennent la route de Tours point de départ 2018 de la Loire à vélo .

Dés le lendemain nous visitons Chenonceaux que nous avions court- circuité l'an passé pour cause de longueur d'étape.

A partir du mardi les choses sérieuses commencent et nous prenons la route de Chinon .Là les premières difficultés techniques apparaissent avec un câble de dérailleur coincé suivi d'une première crevaison. Peu importe la troupe est vaillante et roule bon train . Successivement nous enchaînons les étapes Chinon, Saumur , Angers , Ancenis , Nantes et enfin St Nazaire .

Il faut noter que les trois premières étapes furent ponctuées de nombreux ennuis techniques : crevaisons , problèmes de boulons et de filetages et même un éclatement de pneu qui nous fit croire un instant à l'ouverture de la chasse ou à un attentat. De là à penser que nous étions maraboutés ou victime des terribles brouches de Loire il n'y avait pas loin !

Quelques prières à  St Sauveur (le premier pont que nous avons traversé)  remirent tout cela dans l'ordre.

Très beau temps pas trop chaud , paysages toujours magnifiques , parcours bien choisis par notre JPPS (Jean Pierre positioning system ) monuments superbes , assistance technique hors du commun , bonne humeur constante tout  était de la partie pour que cette excursion soit réussie .

Le Lundi 10 l'assistance nous quittait et nous prenions le train  (merveilleuse SNCF ! ) pour revenir à Tours et visiter le château d'Amboise négligé l'an passé ainsi que les caves de St Louis (vous aurez un échantillon de la piquette que produisent les viticulteurs de Loire .Oui nous avons pensé à vous !).

Pour plus de détails sur notre périple interrogez les participants qui vous conterons par le menu le détail de notre heureuse aventure de près de 400 km .

Merci à toutes et à tous de votre compagnie ,de votre bonne humeur et de votre amitié .

Une menton spéciale pour deux habitants d'Uglas sans qui tout aurait été beaucoup plus difficile .

Merci  Pierre

La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018
La Loire en vélo du 02 au 10 Septembre 2018

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée

Repost0

Publié le 16 Septembre 2018

Au programme ce Dimanche 16 Septembre deux 3000 qu'Alain nous propose de découvrir pour certains ou de reparcourir pour d'autres , le Pic de Cambieil (3173 m) et le Pic d'Estaragne (3006 m) à la lisière Sud du grand Massif du Néouvielle.

La course promet d'être longue aussi le rendez-vous est fixé à 6h à Mour pour un départ du barrage de Cap-de-Long (2171 m) vers 7h 45.

Tout au long de la randonnée on peut apprécier la diversité géologique de la réserve naturelle du Néouvielle qui,  si on s'en réfère à Wikipedia, est située presque entièrement sur un pluton formé de granite calco-alcalin à biotite, mis en place au Carbonifère, il y a 300 millions d'années à l'occasion d'une intrusion magmatique.

On retrouve dès le départ le granite avec ses blocs acérés pas toujours faciles à franchir  puis vers 2700m un verrou glaciaire de calcaire de couleur claire qui tranche avec la teinte très sombre presque noire du Campbieil .

On admire au passage les Pics de Badet 3162 m et le Pic Long 3194 m avec le pauvre reliquat du grand glacier qui durant la phase de glaciation du quaternaire, il y a plusieurs dizaines de milliers d'années , a formé le paysage actuel.

Le sommet est atteint à 3173m vers 13h , le repas pris en compagnie d'un groupe de Blagnac avec un point de vue extaordinaire sur tous les grands massifs des Pyrénées.

Ensuite descente vers le Nord par une arête faite de dalles pas appréciées par tout le monde , jusqu'au pied du  pic d'Estaragne à 2922m. La deuxième  ascension est avalée par un groupe grisé par l'altitude et les a-pics vertigineux de l'endroit et peut-être aussi par le champagne offert par Alain pour fêter son anniversaire.

Après la photo de rigueur au sommet à 3006m la descente est effectuée par un  sentier pas toujours évident dans les éboulis  qui nous conduit à descendre une barre rocheuse propre à ajouter un peu de piquant à la balade.

Le val d'Estaragne est suivi jusquà la route en laissant le col du même nom, magestueusement découpé, à notre gauche.

Fin de la course à 17h30 puis pot de l'amitié a l'incontournable  Relais du Néouvielle clôturant une magnifique journée comptant un parcours de 10.370 km pour 1177m de dénivelée positive.

Grand merci Alain.

Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.
Pic de Campbieil  3173m. – Pic d’Estaragne  3006m.

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 2 Septembre 2018

m Dénivelé 950 m.

 

Au départ du lac de Fabrèges nous sommes 11 à suivre Alain vers le Pic Chérue.

 

Après 1h 40, essentiellement en forêt, nous atteignons la cabane du même nom. Nous la connaissons, il y a deux ans le mauvais temps nous avait obligé à nous y replier et à y fêter joyeusement un anniversaire.

 

Nous avons poursuivi notre ascension sans monter au col mais en partant à gauche vers la crête. Quel émerveillement de découvrir sous un ciel parfaitement bleu le Pic du Midi d'Ossau, appelé ici le Jean Pierre !

 

En 3 heures nous parvenons au sommet. Face au Jean Pierre nous partageons comme à l'habitude notre repas dans la bonne humeur.

 

Pour le retour Alain prend l'option de rejoindre la cabane par le vallon, bonne initiative c'est une très belle descente.

 

Nous regagnons ensuite la forêt pour retrouver les voitures. Enchantés par cette belle balade qui nous a offert un panorama grandiose.

 

Merci Alain.

 

Le Chérue 2195 m
Le Chérue 2195 m
Le Chérue 2195 m
Le Chérue 2195 m
Le Chérue 2195 m
Le Chérue 2195 m
Le Chérue 2195 m
Le Chérue 2195 m
Le Chérue 2195 m
Le Chérue 2195 m
Le Chérue 2195 m
Le Chérue 2195 m
Le Chérue 2195 m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 26 Août 2018

Josiane avait à coeur de nous faire découvrir un de ces lacs "sauvages" qu'elle affectionne tant et c'est le lac de Pouey Laün dans le Val d'Azun qu'elle avait proposé au calendrier pour ce Dimanche 26 Août 2018.

Le rendez-vous à 6h30 est salué par un coucher de pleine lune magnifique annonciateur d'une belle journée.

En effet c'est avec un beau soleil levant que les treize "Arrebourits" empruntent à 8heures le chemin du lac au niveau d'un autre lac, celui du Tech à 1217 m d'altitude.

Le sentier est bien tracé mais assez raide dès le départ et après un passage en forêt il serpente dans les blocs de granit entre lesquels poussent nombre de fleurs sauvages , de framboisiers et de myrtilliers, le long du vallon du ruisseau de la Lie en passant par le Pla d'Artigou.

La course est annoncée en quatre heures sur le panneau du départ mais  c'est avec plus d'un quart d'heure "d'avance"que la troupe dopée par quantité de myrtilles glanées le long du chemin découvre le lac de Pouey Laün, somptueux derrière son verrou glaciaire .

Au pied du pic des Tourettes (2771m) et sur le chemin du col de l'Hospitalet (2548m) qui bascule ensuite vers le lac de Migouélou et son refuge, le Lac de Pouey Laün s'étend sur 5.8 hectares pour une profondeur de 26m à une altitude de 2346 m.

C'est sur une presqu'île du lac que le repas est pris au son des clarines d'un troupeau de brebis rassemblées avec peine par le berger pour les soigner.

Descente sans encombre des 1129 m pour un rassemblement vers 16h au lac du Tech.

Une magnifique sortie, merci Josiane.

J-P

Lac de Pouey Laün2346m.
Lac de Pouey Laün2346m.
Lac de Pouey Laün2346m.
Lac de Pouey Laün2346m.
Lac de Pouey Laün2346m.
Lac de Pouey Laün2346m.
Lac de Pouey Laün2346m.
Lac de Pouey Laün2346m.
Lac de Pouey Laün2346m.
Lac de Pouey Laün2346m.
Lac de Pouey Laün2346m.
Lac de Pouey Laün2346m.

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 19 Août 2018

Le samedi 18 août ayant été consacré au repas annuel du club, Richard nous a proposé d’éliminer quelques calories bien mal acquises, en faisant une petite randonnée le lendemain. C’est ainsi  qu’il conduisit ses 12 compagnons vers le Mount Arrouy.

Partant de la station du Cap Nestès à 9h, nous nous sommes dirigés vers la cabane d’Ilhet puis le col de Sonères. De ce lieu, l’itinéraire est évident, on aperçoit le Mount Arrouy comme une pyramide bien dressée devant nous. On réalise que la montée finale sera assez rude. Certes cette montée est sèche mais pas trop longue, environ 150m. Nous arrivons au sommet à 11h. Richard estimant que notre purge des excès de la veille est insuffisante, prolonge notre marche jusqu’au sommet voisin, le Cap des Pènes. Il n’est  qu’à 750m de nous à vol d’oiseau, mais nous ne volons pas. Il faut redescendre environ 50m puis emprunter une crête rocheuse un peu étroite par moments, mais facile. Nous y sommes vers 11h30. Il y a un peu de vent au sommet,  nous pensons que pour manger, nous serons mieux à la cabane de Camous qui se trouve au pied du Mount Arrouy. Nous descendons directement du cap des Pènes en direction de cette cabane. La pente au départ est raide, mais l’herbe ne glisse pas et des sentiers d’animaux nous permettent de progresser à flanc.

Nous sommes à la cabane vers 12h15, elle est très accueillante (comme toutes ces cabanes) et nous permet d’y passer un bon moment et de faire une petite sieste bien réparatrice !

Il ne nous reste plus qu’à retourner aux voitures en repassant par le col de Sonères. La balade n’a pas été trop longue nous avons dénivelé 550m, ce n’est pas trop épuisant.

Où prendre le pot de l’amitié ? Nous avons trouvé un café ouvert et très sympathique à Mazères qui nous a ainsi permis de bien terminer cette journée.

Belle petite randonnée.

Merci  Richard

Le Mount Arrouy 1805m
Le Mount Arrouy 1805m
Le Mount Arrouy 1805m
Le Mount Arrouy 1805m
Le Mount Arrouy 1805m
Le Mount Arrouy 1805m
Le Mount Arrouy 1805m
Le Mount Arrouy 1805m
Le Mount Arrouy 1805m
Le Mount Arrouy 1805m
Le Mount Arrouy 1805m
Le Mount Arrouy 1805m
Le Mount Arrouy 1805m
Le Mount Arrouy 1805m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 12 Août 2018

Pierre nous propose l’ascension du pic par la voie royale : la crête nord.

Il est suivi par 9 courageux montagnards. Ils sont partis de Lannemezan à 6 heures, se sont dirigés vers le col du Tourmalet,  ont quitté cette route au point 1226m et emprunté une piste qui les a conduits aux cabanes de Tramezaigue à 1413m. Ils doivent maintenant grimper 1450m.

Il est environ 7h15 ils s’élancent en direction de la cabane d’Arize 1700m que le club visite régulièrement. Le sentier des muletiers que l’on emprunte en traversant l’Adour à gauche, au pont des Vaquès est provisoirement ignoré. Après cette cabane il existe 2 petites variantes : on peut suivre le sentier qui mène au lac d’Arizes 2015m puis traverser plein ouest vers le col d’Aouet. On peut aussi viser le col d’Aouet et monter vers lui directement. On est sur un terrain herbeux qui ne pose aucun problème mais la montée est raide.

Une fois au col il ne reste plus qu’à gravir (oh la litote !!) les 700m qui les séparent du sommet. La progression se fait sur la crête nord du pic. Elle s’élève suivant une pente d’environ 45°. Elle est large ne présente aucune difficulté technique si ce n’est qu’au départ le terrain est instable, il faut bien choisir  où l’on pose ses pieds. Dans l’ensemble, cette très vaillante petite troupe déboucha au sommet du pic entre 12h et 12h15. Quelle surprise eurent-ils en voyant 7 de leurs camarades qui les attendaient bien tranquillement sur la terrasse du pic. Cela faisait presqu’une heure qu’ils étaient arrivés, ayant emprunté l’itinéraire le plus facile par le col du Tourmalet et le col de Sencours. Les 2 équipes ne jouaient pas dans la même division mais les retrouvailles furent tout de même amicales.

Après le repas pris en commun sur cette terrasse, les 2 groupes se séparèrent de nouveau. Ceux qui avaient 1400m à redescendre partirent les premiers, ils sont descendus par le col de Sencours  et le sentier des muletiers. Les autres repartaient vers le Tourmalet beaucoup plus proche. Une fois de plus tout le monde se retrouva à Artigues (on est en plein dans le Tourbillon de Jules et Jim !!) et partit se désaltérer à Campan.

On a beau avoir gravi de nombreuses fois ce Pic, c’est toujours un plaisir d’y retourner, d’autant plus que chacun, suivant ses possibilités, peut choisir son itinéraire.

Merci Pierre

Simon de l'abreuvoir

Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m
Le Pic de Midi de Bigorre 2876m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 6 Août 2018

Pour la troisième journée de randonnée , après une nuit réparatrice en Cerdagne, nous voilà repartis vers les pentes de la Dent d’Orlu.

Après avoir abandonné 2 compagnons qui préfèrent grimper le Tarbesou, ce sont donc 8 « fous furieux » qui s’élancent sur les sentiers très escarpés de la Dent ……

Du départ de la « Poêle à frire » (1521m.) nous grimpons rapidement jusqu’au col situé au pied de la Dent (1990m.)

C’est là que les réjouissances commencent ; nous empruntons le sentier qui monte droit dans la très forte pente avec quelques passages rocheux (pas de danger majeur mais il faut mettre les mains par endroits !!! )

Au sommet, nous sommes assaillis par une « avalanche »  ( étonnant en plein mois d’août à 2222m.) de fourmis volantes qui nous obligent à chercher un « coin repas »  plus tranquille

La descente s’effectue tranquillement dans les temps indiqués ( 4h40 de marche aller/retour )

A Ax les Thermes , nous retrouvons nos 2 compères avec qui nous partageons le pot de l’amitié ..

Vers 18h,après un trajet routier sans encombre nous retrouvons nos foyers , nous pouvons dire (la météo aidant ) que nous avons passé trois bonnes journées

Un grand merci à tous pour l’état d’esprit, de convivialité et une grande reconnaissance aux gardiens d’En Beys et de la Maison Sarda pour leur générosité et leur dévouement

Merci à Jacques pour cette excellente initiative ( son but a été atteint : photographier le couloir célèbre de Naguille et grimper la Dent d’Orlu )

Merci Richard

Dent d’Orlu (2222m.)
Dent d’Orlu (2222m.)
Dent d’Orlu (2222m.)
Dent d’Orlu (2222m.)
Dent d’Orlu (2222m.)
Dent d’Orlu (2222m.)
Dent d’Orlu (2222m.)

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 5 Août 2018

Il est toujours bien agréable d’aller visiter les Pyrénées Ariégeoises.

Durant ces 3 jours nous sommes retournés sur des itinéraires des nos anciens exploits.

 

Première étape, vers le refuge d’en Beys. Il faut passer par Ax- les- Thermes, aller aux forges d’Orlu  et au parking de Fanguil. Ceci nous occasionne 2h30 de route par temps normal. Hélas en ce 4 août, (anniversaire maudit pour les privilégiés) d’importants bouchons routiers s’étaient formés ;  en particulier celui, classique, de Tarascon sur Ariège. Plus d’une heure de perdue. Nous entamons la montée au  refuge vers 15h. Quatre de nos amis, plus prévoyants et plus matinaux que nous, étaient partis vers 5 heures, ils avaient évité ce genre de désagrément. Enfin, vers 18h30 tout le groupe était réuni.

Nous avons eu durant le repas, à déplorer un fâcheux contretemps. Un de nos amis a subi un sérieux malaise vagal. Par précaution, un médecin consulté a préféré le faire évacuer. C’est ainsi qu’un hélicoptère de la gendarmerie est venu le chercher vers 21h, et l’a emporté vers l’hôpital de Foix .Il a ainsi évité les bouchons de Tarascon ce petit veinard !! Aux dernières nouvelles tout va bien pour lui et il va bientôt nous rejoindre au cours d’autres randonnées.

Nous quittons le refuge le lendemain vers 8h pour rallier l’étang de Naguille en passant par la Couillade d’en Beys.  

Il faut longer le lac d’en Beys par sa rive gauche, passer devant les étangs  de la Couillade, et s’élever de 400m par un sentier assez raide. Ayant passé ce col à 2345m, on redescend vers les étangs des Peyrisses puis le sentier se dirige plein nord vers l’étang de Naguille 1890m. Le paysage est partout magnifique ce qui compense l’âpreté du sentier très caillouteux sur lequel, la chaleur aidant, la progression demande un certain effort.

A midi nous sommes au bord de l’étang de Naguille, trouvons un petit bosquet qui nous procure assez d’ombre pour consommer notre repas. Nous repartons à 13h, longeons tout le lac, ( il fait 2km) nous  sommes au barrage de l’étang vers 14h. Il reste 1000m à descendre pour retrouver le parking des forges d’Orlu. Les arrivées au parking se font en ordre dispersé. Néanmoins tout le monde est en bas à 16h30.

 

Nous reprenons nos voitures  pour quitter provisoirement l’Ariège et partons plein est pour atteindre le joli petit village d’Espousouille  non loin de la station de ski des Angles. Nous sommes passés par le col de Pailhères (2000m), magnifique, assez sauvage, au cours duquel nous avons par petits endroits partagé la route avec la gente ovine. Nous arrivons au gite dans lequel nous avions retenu nos places. Il est très confortable, l’accueil très chaleureux et le repas excellent. Après la rude journée que nous avions passée cela nous ai fait le plus grand bien.

Merci Jacques

 

Simon de l'abreuvoir

 

 

 

 

 

Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille
Séjour en Ariège   Refuge d’En Beys   -    Etang Naguille

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 31 Juillet 2018

Partis de très bon matin, sous la direction de Pierre, nous sommes allés faire un petit tour en Espagne vers le tuc des Armeros. Un peu avant Vielha nous avons bifurqué à gauche et emprunté une route étroite mais très bien revêtue qui nous a conduits au Saut deth Pitch (1500m), il est 8h, départ de la randonnée.

Après avoir admiré une très belle cascade, nous avons suivi le sentier qui pendant une petite heure serpente en forêt puis débouche dans des prairies où il est parfois moins visible. Pas de problème, le chef connait parfaitement l’itinéraire. Nous montons une série de ressauts, en certains endroits la pente est bien raide. Mais la vaillante petite troupe progresse régulièrement en admirant au passage toute une série de belles fleurs mais surtout en humant « ce  parfum léger de leur air embaumé ». C’était d’autant plus facile à humer que ces pentes raides activaient notre respiration !

A 11h nous étions au col (vers 2400m). Après avoir grimpé sur une petite éminence voisine et admiré le paysage, l’ensemble du massif de la Maladetta et du Luchonnais se présentant à nos yeux, nous avons quitté ce col et longeant la base du Tuc des Arméros, nous avons atteint un autre col plus à l’est qui nous a permis de voir le Maubermé.

Un peu plus bas, les rives d’un petit laquet nous ont procuré une agréable salle à manger. Le petit déjeuner était bien loin, le début du repas fut bien silencieux, chacun étant bien occupé à se restaurer. Nous n’en avons pas moins admiré le Maubermé et constaté qu’il était bien visité.

Repartant à 13h nous avons entamé la descente par le même itinéraire. Par endroits, la pente du terrain nous imposait un minimum de vigilance, tout se passa bien. Comme d’habitude certains descendent nettement plus aisément et vite que d’autres. Il n’empêche qu’à 15h30 tout le monde était rendu aux voitures. Nous avons dénivelé environ 1000m ce n’est pas si mal.

Belle balade, sauvage, fleurie, embaumante, beau panorama, un peu sportive !

Merci Pierre

Simon de l’Abreuvoir

Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros
Col du Tuc des Armeros

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0