LE PIBESTE

Publié le 6 Novembre 2018

Le temps maussade de la semaine a laissé la place à une belle journée ensoleillée pour ce premier dimanche de novembre. Il est apparu plus prudent de ne pas choisir un but de randonnée trop élevé en altitude, nous pourrions y trouver de la neige (les raquettes ne sont pas encore sorties de leur torpeur estivale). On peut aller voir cette neige fraIche au loin en montant sur un agréable balcon. Le Pibeste remplit cet office.

Nous quittons le village d’Ouzous vers 9h15 et empruntons le sentier évident du Pibeste. Il  est parfaitement balisé jusqu’au sommet.

Vers 11h30, nous sommes au col des Portes (1229m) nous apercevons le sommet du Pibeste encore un peu loin semble-t-il. Effectivement s’il n’y a plus que 120m à gravir, il y a 1,5 km à parcourir. Nous traversons le plateau d’Ayzi , un troupeau de chevaux paisibles broutant une herbe un peu rase agrémente ce plateau. Nous arrivons enfin au sommet vers 12h15. Nous avons eu le temps au cours de diverses haltes avant le col de découvrir le splendide panorama qui s’offrait à nous au sud,  en particulier toute la vallée d’Argelès  avec le secteur de Gavarnie au loin puis le Vignemale, le Balaitous etc,  etc. Au sommet nous découvrons un très vaste panorama coté nord avec les villes de Lourdes, Tarbes, Pau et bien au-delà. Ce pic est un belvédère grandiose, c’est pourquoi, (nous le découvrons sur une des nombreuses affichettes qui ont jalonné notre ascension) de 1934 à 1969 un téléphérique montait les touristes en ce lieu. Il ne reste plus aujourd’hui que la gare supérieure qui avec sa tourelle fait penser à un petit château. Le restaurant d’altitude qui fonctionnait à cette époque a disparu en même temps que ce téléphérique, nous nous sommes contentés de notre habituel repas montagnard.

Nous visitâmes ensuite les vestiges des installations de cette gare supérieure et fûmes amusés par une table d’orientation originale. Sur le rebord d’un mur qui délimite une terrasse, les noms des principaux sommets sont indiqués au moyen de plaques vissées sur ce mur et orientées vers le sommet visé. Petit bémol : Le Cylindre et le Marboré sont inversés. Amenez un tournevis !

Nous repartîmes vers 14 heures, et après avoir visité la cabane d’Ayzi que nous avions négligée  à l’aller, après une descente sans problèmes,  nous retrouvâmes nos voitures vers 16 heures.

Ce Pibeste est un sommet bien agréable, nous le revisiterons un jour !!

Merci  Jacques

Simon de l’Abreuvoir

LE PIBESTE
LE PIBESTE
LE PIBESTE
LE PIBESTE
LE PIBESTE
LE PIBESTE
LE PIBESTE

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article