Publié le 27 Septembre 2022

Encore un grand classique pour cette fin de saison.

17 randonneurs suivent Daniel pour gravir les 1200m de dénivelée cumulée (en vieux « français » , dénivelée est du féminin : dénivellation). 

Nous partons vers 8h30 du village de Bézins-Garraux (700m) et montons par un sentier certes un peu raide par moments,  mais très longtemps confortable en direction du col de Teyech (1460m). Le sentier,  à l’approche du col devient un peu plus rocheux et évolue par instants  sur une corniche exposée et étroite. Ensuite changeant totalement de direction, (nous montions nord-ouest) nous montons vers l’est  dans la forêt puis  plein nord. Nous atteignons la côte 1635m et repartons sud-est en direction du col situé entre les pics du Gar et du Saillant. A noter que sur toute une série de cartes IGN, il y a une inversion des  patronymes. Le pic de plus haut est le pic du Gar (1785m), son voisin au bord de la falaise coté ouest (1756m) est le pic saillant. Une grande Croix y est érigée.

Pour ne fâcher personne, nous gravissons les 2 sommets en commençant par le pic Saillant et allons ensuite au Pic du Gar qui nous offre une belle pelouse et quelques rochers qui nous serviront de salle à manger. Eh oui, il est midi et nous avons gravi nos 1200m. Cela mérite un bon repas réparateur.

Nous ne profiterons pas trop longtemps de cette pause, il est inutile de contempler le panorama d’habitude si somptueux, nous sommes environnés de nuages qui nous bouchent tous les horizons, en outre ils nous séparent d’un soleil qui nous réchaufferait  bien agréablement. A 13h le chef nous donne le signal du départ.

Nous empruntons  un sentier proche de la crête orientale du pic du Gar qui bien que caillouteux ne présente aucun problème technique et aucun passage délicat. Il nous conduit au col de Caube (1335m).  Nous évoluerons ensuite vers l’ouest où une série de sentiers passant entre-autres par la fontaine d’Argelès,  nous ramènera à Bézins-Garraux vers 16h.

Conscient de nous avoir conduis sur un périple  assez important et exigeant, Daniel nous installe une table à proximité des voitures ainsi que tout un équipement pour déguster une bonne collation. C’est une amicale et excellente initiative qui fut  très appréciée. De cet endroit nous pûmes contempler le pic Saillant, bien loin de nous et bien haut, surmonté de sa croix.

C’était la première randonnée que tu dirigeais, Daniel  et tu n’avais pas choisi la plus facile : Dénivelée importante, quelques passages où il faut être attentif. Tu as parfaite rempli ton rôle de guide,  tu as veillé sur tout le monde.

 Félicitations et un grand merci.

S de l’A

Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m
Le pic du Gar 1785m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 20 Septembre 2022

Bernard nous invite à parcourir une région au nord du massif du Néouvielle qui sur un plan géologique a les mêmes caractéristiques granitiques. C'est-à-dire, des sentiers rocailleux mais des paysages magnifiques. Nous sommes 17 randonneurs avec lui.

Nous commençons le programme en partant vers 9h du parking Tournaboup (1440m) situé à 4km du sommet du col du Tourmalet (coté Barèges). Nous montons plein sud par le Gr10 sur une large piste que nous abandonnons vers 1750m. Nous empruntons un sentier plus étroit et rocailleux qui nous fait gravir les 300m restant  pour arriver à la cabane et le lac Dets Coubous . Nous y sommes vers 10h30.

Nous apprécions ce lac et certains apprécient le barrage masse qui rehausse son niveau. L’empierrement de sa face inclinée s’intègre mieux dans son environnement que les faces en béton de la plupart de ses collègues.

A 10h30, il n’était pas question d’en rester là. Après avoir traversé le barrage : De col en col, de lac en lac, c'est-à-dire les lacs : de la Jonquère (qui mérite bien son nom), le très beau lac Blanc, nous arrivons  au lac Nère (2224m) situé à 2km du lac Dets Coubous et 1km de la Hourquette d’Aubert (à vol d’oiseau).

Cette fois ci c’est le but ultime de la randonnée. Nous trouvons un petit promontoire qui domine légèrement le lac. Notre environnement : Le pic de Madamette qui ne nous est pas inconnu, nous l’avons visité récemment ; le pic d’Astazou (rien à voir avec ses homonymes de la région de Gavarnie) et la pointe Ramoun, plein sud, bien détachée du pic du Néouvielle.

Le lieu idéal pour le repas, il est midi passé.

Vers 13h nous quittons ce lac Noir et nous redirigeons vers les lacs que nous avons côtoyés ce matin.

Une dernière visite au lac Dets Coubous et nous redescendons vers le Gr10 et la station de Tornaboup que nous rallions vers 16h.

En l’absence de neige (normal en été), une habile reconversion s’y est opérée. Les télésièges fonctionnent mais ils montent des adeptes de VTT et leur monture. La descente se fait en suivant des pistes de ski ou des sentiers dédiés à cette pratique. La pente de certains sentiers fait appel à une bonne maitrise de ce genre de sport.

Un café sur place nous accueille. Nous pouvons ainsi savourer encore un peu le charme de cet endroit magnifique.

Retour en repassant le légendaire col du Tourmalet.

Très belle randonnée.

Merci Bernard

S de l’A

Lac Dets Coubous 2041m
Lac Dets Coubous 2041m
Lac Dets Coubous 2041m
Lac Dets Coubous 2041m
Lac Dets Coubous 2041m
Lac Dets Coubous 2041m
Lac Dets Coubous 2041m
Lac Dets Coubous 2041m
Lac Dets Coubous 2041m
Lac Dets Coubous 2041m
Lac Dets Coubous 2041m
Lac Dets Coubous 2041m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 13 Septembre 2022

Un second grand classique après le Pic du Midi. Voila ce que nous propose Jean-pierre en ce 11 septembre. C’est un peu le même sommet que le pic, son emplacement,  relativement au nord de la chaine des Pyrénées  lui confère  un point de vue exceptionnel et sa silhouette trapézoïdale le rend bien reconnaissable d’une importante partie de la plaine.

Une grande différence avec le pic du Midi, n’ayant pas été envahi  par l’astronomie et le tourisme,  il ne possède aucune voie d’accès facile. Par sa voie normale il y a 1400m à grimper et quelques petits passages rocheux à franchir.

Nous nous y engageons en quittant à 8h les granges de Lurgues (1454m). Nous partons nord-ouest sur le sentier des granges d’Auloueilh que nous  quittons ainsi que les noisetiers qui le bordent après ½ heure. Nous abordons le sentier indiqué par une vieille pancarte « L’Arbizon » toujours  bien fidèle au poste. Ce sentier est très bien marqué et bien balisé, mais, dès le début il annonce la couleur de ce qui nous attend. Il est bien pentu et le restera sur une grande partie de la randonnée. Nous passons près de la cabane d’Espigous et montons dans la coume du même nom.

Un peu avant 10h nous arrivons à la hauteur de la fontaine de Coulariot (2056m), bien sèche et à peu près 100m au-dessus,  nous sommes  au pied de quelques barres rocheuses que nous devons franchir. C’est la seule difficulté technique  de la randonnée. Elle n’est pas bien méchante, mais demande un peu de vigilance. Après cette série rocheuse, un petit replat nous permet de voir le sommet de l’Arbizon, quelques 550m au-dessus de nous.

C’est à cet endroit que l’inévitable scission du groupe se produisit. 5 randonneurs (peuvent-ils  mériter ce qualificatif les misérables !!!) estiment que, l’ayant déjà fait dans le passé, ayant déjà dénivelé presque 900m, il leur était inutile d’aller plus loin. Ils souhaitent  bonne ascension à leurs camarades et s’installent  sur une confortable petite éminence.

Oublions-les et poursuivons l’ascension, le sentier assez bien marqué dans un pierrier conduit à la brèche d’Aurey (2654m) et un dernier sentier, paradoxalement le plus confortable et presque le moins pentu,  conduit au sommet. Comme déjà évoqué plus haut, le panorama offert récompense des efforts accomplis  pour parvenir à cet endroit. Le temps que tout le monde arrive il est presque midi et un bon repas réparateur est le bien venu.

Peu après 13h la descente s’amorce, facile jusqu’à la brèche d’Aurey, très praticable jusqu’aux barres rocheuses qu’il faut descendre avec précautions. Le sentier ensuite est facile si ce n’est que des petits cailloux ronds associés à la pente risquent de provoquer quelque glissades.

L’ensemble de la troupe (22 randonneurs) finit  par se retrouver vers 16h aux granges de Lurgues. Un si grand classique méritait une fin classique,  ce que nous fîmes à Guchen devant de biens  agréables rafraichissements.

Tu as permis à un nombre non négligeable du groupe de connaitre ce mythique Arbizon, tu as donné l’opportunité aux autres de le retrouver avec plaisir.

Un très grand merci, Jean-Pierre

S de l’A

L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m
L’ARBIZON 2831m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 6 Septembre 2022

  Ça commence à devenir une habitude au club, c'est en deux groupes bien distincts que la rando  du jour est abordée, aujourd'hui une grande classique, le Pic du Midi de  Bigorre 2876 m.

  Pour le groupe A mené par Monique de Barrousse le départ se fait à 7h30 de l'ancien restaurant situé à 1260 m à Artigues. Nous sommes onze à nous engager sur le GR 10C près du restaurant , au niveau d'une plaque posée en hommage aux porteurs et à leurs bêtes qui ont emprunté ce chemin de 1870 à 1950 pour acheminer les matériaux nécessaires à la construction de l'Observatoire du Pic Du Midi. 

  La pente est un peu raide au départ et nous atteignons en une vingtaine de minutes les Cabanes de Tramazaygues 150 m plus haut.

  Toujours vers l'Ouest nous longeons l'Adour d'Arizes que nous traversons au Pont des Vaquès à 1560m. Le « chemin des muletiers » s'élève ensuite de façon très progressive le long du versant rive droite du Val d'Arize pour atteindre vers 1920 m la cabane de Pène Blanque, porte d'entrée de la Coume du Pic que nous traversons, toujours en pente douce, jusqu'à un verrou un peu escarpé, la passade du Jardin des Isards, qui nous mène à proximité du Col de Sencours.

  Le Col est atteint à 2379 m vers 10h45 et nous y opérons la jonction bien synchronisée avec le groupe de nos amis partis de la cabane de la Toue.

 Après l'ascension des 500 derniers mètres et le retour au Col de Sencours la descente est effectuée par le chemin de la montée. Après une visite à la Cabane de Pène Blanque judicieusement adossée à un gros rocher, nous rejoignons le point de départ sur la route de La Mongie vers 16h 50.

 

 Nous aurons parcouru 19 km pour un dénivelé total de 1575m.

  Merci Monique

Inutile lorsque l’on est Bigourdan (ou voisin) de compléter son patronyme. Ce pic du midi (de Bigorre) domine majestueusement  toute la région, il fait partie de notre profond patrimoine. 5 itinéraires différents permettent d’y accéder.

1/La voie royale pour un montagnard était, au départ d’Artigues (1280m),  de remonter le torrent jusqu’à la cabane d’Arizes, rallier sur un terrain herbeux, raide mais facile, le col d’Aouet (2184m) et atteindre le sommet  par sa crête nord-est. Cet itinéraire a été emprunté plusieurs fois par le club, mais  différents éboulements au cours des saisons ont rendu cette voie très peu praticable.

2/Au  départ d’Artigues il y a le légendaire sentier des muletiers décrit ci-contre.

3/Pour mémoire, au départ de la Mongie : Le téléphérique. Bien pratique si l’on veut amener de la famille ou des amis admirer le panorama qui nous est offert au sommet, sans oublier la visite de l’observatoire.

4/Du col du Tourmalet (2115m) l’ancienne route à péage nous conduit au col de Sencours.

5/Le dernier itinéraire (que nous avons emprunté hier) consiste à dépasser le col du Tourmalet, le descendre sur 1,5 km, et démarrer la randonnée à 1944m (au niveau d’un virage de 180°). Nous trouvons un  sentier très bien marqué orienté à l’Ouest pendant 1km. A droite nous prenons le Gr10C  qui nous conduit plein nord au lac d’Oncet.  Nous ne faisons qu’y passer et le gardons pour le retour. Puis, nous accédons sur l’ancienne route à péage  très près du col de Sencours 2378m.

A ce niveau : est-ce le fruit d’un subtil calcul d’horaires ? Ou plutôt un agréable hasard, nous retrouvons les amis qui avaient choisi l’option 2 et qui viennent de monter 1100m. Nos 430m font pâle figure !! Après avoir laissé 3 camarades qui désiraient apprécier ce secteur puis redescendre tranquillement, nous entamons notre ascension vers le sommet. Il reste 500m à gravir. Sur 300m ce sont encore les vestiges de la route à péage (assez éprouvante pour des moteurs un peu vieillissants ou des voitures  trop chargées). Nous arrivons à l’ancienne hostellerie des Laquets 2580m. Nous accédons à la crête ouest et un sentier un peu pentu nous conduit au sommet. Entre 12h15 et 12h30 les 20 randonneurs que nous sommes,  arrivent au sommet.

Inutile de décrire le légendaire panorama offert par le pic. Petit bémol, des nuages nous ont masqué le massif de la Maladetta ainsi que le mont Perdu et le cylindre du Marboré. Une bonne raison d’y retourner ! Inutile aussi de dire que nous ne sommes pas seuls sur cette plate-forme, le pic de manque pas de visiteurs !

Nous quittons ce lieu vers 14h, au col de Sencours abandonnons provisoirement nos amis qui vont reprendre le sentier des muletiers,  descendons au bord du lac d’Oncet où nous faisons une pause un peu plus marquée qu’à l’aller et rallions nos voitures vers 16h.

A  Artigues nous retrouvons nos camarades qui en ont terminé avec leurs 1600m de dénivelée.  Un accueillant café à Campan clôturera cette magnifique journée.

Merci….au Pic et à ses accompagnateurs.

S de l’A

Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.
Le Pic du Midi depuis Artigues.

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 31 Août 2022

 

   Le 9 Septembre 2020 André nous avait menés aux magnifiques Lacs de Barroude . Ce dernier Dimanche d'Août 2022 c'est Gérard qui anime la même randonnée à la tête d'un groupe de douze . Il y a deux ans nous étions seize, cette année aussi en comptant les quatre qui ont préféré monter à Barroude par la voie historique suivant le cours de la Neste de la Géla..

   Moins vaillants que la dernière fois nous démarrons 40 minutes plus tard vers 8h 50 du même parking inférieur de Piau vers 1800 m et remontant la vallée de Badet nous parvenons au Lac de Badet à 2084 m en une heure.

    C'est ensuite la rude ascension de la Hourquette de Chermentas atteinte vers 10h50

à 2439m.

   Après la bascule, des lacets réguliers nous font déniveler de 120 m, puis longeant la base abrupte de Pène Nère le sentier remonte et après plusieurs soubresauts nous arrivons en vue de la majestueuse muraille de Barroude .

   Il faut encore une bonne demie-heure pour traverser le plateau de Barroude et atteindre les lacs à 2369m où nous faisons la pause-repas sur un promontoire offrant le spectacle fantastique de l'imposante muraille  dominant les lacs très découpés en  une multitude de presqu’îles et îlots.

   La jonction avec le petit groupe de nos amis effectuée nous entamons la descente sans trop tarder, vers 13h 45, à cause d'un vent bien frisquet et de nuages nous menaçant d'un orage.

   Il n'est jamais agréable de faire du dénivelé après le repas mais celui qui nous sépare de la Hourquette de Chermentas est avalé en un peu moins d'une heure et après une petite pause au sommet nous entamons vers 15h la longue descente vers les voitures que nous atteignons vers 16h15.

 

    Merci Gérard pour cette toujours magnifique randonnée qui nous a fait parcourir près de 17 km pour un dénivelé total de près de 1000m.

Lacs de Barroude depuis Piau Engaly
Lacs de Barroude depuis Piau Engaly
Lacs de Barroude depuis Piau Engaly
Lacs de Barroude depuis Piau Engaly
Lacs de Barroude depuis Piau Engaly
Lacs de Barroude depuis Piau Engaly
Lacs de Barroude depuis Piau Engaly
Lacs de Barroude depuis Piau Engaly
Lacs de Barroude depuis Piau Engaly
Lacs de Barroude depuis Piau Engaly
Lacs de Barroude depuis Piau Engaly
Lacs de Barroude depuis Piau Engaly
Lacs de Barroude depuis Piau Engaly

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 23 Août 2022

Lors de l’élaboration du programme d’été, l’un des rédacteurs avait cru spirituel de plagier Serge Gainsbourg en caractérisant ce pic par « des cailloux, des cailloux ….. ».  Si,  sur la forme ce n’est pas le mot d’esprit de l’année, sur le fond ce n’était pas faux. Le granit domine toute cette région du Néouvielle et les sentiers évoluent sur des itinéraires très caillouteux et rocailleux. Mais, ce terrain très minéral,  les nombreux lacs, les sommets ou crêtes qui se mirent à leur surface, l’ensemble des couleurs de la végétation et des rochers, font de ce massif un endroit magnifique.

Richard, nullement rebuté par ces considérations géologiques mais sensible à la beauté des lieux amène avec lui 20 compagnons qui partagent ses idées.

A 8h30 nous quittons le lac d’Aubert (2150m), nous  passons entre les lacs d’Aumar et Aubert , nous nous  dirigeons  au  nord vers la Gourguette de Madamète (ou Gourg de Rabas)  puis le col de Madamète (2509m). Nous y sommes vers 10h. Le pic de Madamète situé 150m au dessus de nous à l’est  nous attend. Deux itinéraires nous sont offerts : Monter directement vers le sommet ou emprunter un sentier un peu moins pentu au début (un peu plus ensuite) qui nous y amène par  sa crête nord. Chacun choisit à sa convenance et tout le monde se retrouve au sommet. Nous avons tout loisir pour admirer le panorama.

C’est un bien beau belvédère. De part son altitude ce pic domine tous les nombreux  lacs de la région. Les plus beaux sommets de ce grand massif  se découvrent à nous. Le pic Long, le Campbieil,  le pic Méchant et bien sur le Néouvielle tout nu sans son manteau de neige.

La descente se fait également en 2 groupes et à 11h30 nous sommes revenus au col. Richard nous propose de descendre les 100m qui nous séparent du Gourg de Rabas. Ceci nous permet de repasser un passage hautement granitique avec ses gros blocs (il n’y en a pas pour plus de 10 mn) et d’aller faire notre pique nique au bord du lac. Nous y trouvons un endroit très agréable. Repas plus sieste nous y séjournons plus d’une heure. Le chef donne le signal du départ,  direction le prochain lac (Aumar) où l’attrait de l’eau provoquera quelques vocations de baignade.

Il ne nous reste ensuite qu’à rejoindre nos voitures. Il est à noter que la météo indiquée orageuse pour l’après midi, nous est restée bien clémente.

A  Aragnouet, une terrasse de café bien accueillante nous procurera d’opportuns  rafraichissements et nous permettra de bien clôturer cette très agréable randonnée.

Richard, nous t’en remercions.

S de l’A

Pic de Madamète 2657m
Pic de Madamète 2657m
Pic de Madamète 2657m
Pic de Madamète 2657m
Pic de Madamète 2657m
Pic de Madamète 2657m
Pic de Madamète 2657m
Pic de Madamète 2657m
Pic de Madamète 2657m
Pic de Madamète 2657m
Pic de Madamète 2657m
Pic de Madamète 2657m
Pic de Madamète 2657m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 8 Août 2022

 

  Au programme c'était le Maubic mais la météo orageuse pour l'après-midi en a décidé autrement . Le Sentier des cabanes  du Rioumajou , même parcouru l'an dernier le remplacera avantageusement et, fait dans l'autre sens, c'est une autre rando qui s'offre à nous.

  Départ de Frédancon 1387 m vers 8h 40. Nous sommes huit à traverser la Neste du Rioumajou . Le ciel est dégagé  l'air est frais , bien agréable en ces temps de canicule.

Suivant la piste Sud Est nous atteignons le Pont de Florence à 1550m et empruntant la passerelle de bois située un peu en amont, traversons le Ruisseau de Péguère pour atteindre une trentaine de mètres plus haut le cortail de Péguère. La cabane d'estive visitée nous reprenons l'ascension à travers la forêt sur un sentier à lacets serrés qui nous fait déniveler fortement pour atteindre la cabane de la Niscoude vers 10h40 à 2020 m. Déjà plus de 600m ont été gravis est nous reprenons le sentier, beaucoup moins pentu, qui fait le tour du cirque de Péguère , traversant plusieurs ruisseaux, offrant un magnifique panorama.

  Le sentier s'élève encore de 200 m pour atteindre une barre rocheuse que nous escaladons en nous aidant d'un câble installé là en main-courante.

  Nous sommes à 2220 m, point culminant de la randonnée. Il n'est pas loin de midi mais nous décidons de poursuivre vers la prochaine cabane pour y prendre le repas.

  Quelques roches vives bien équipées, une descente assez raide à travers bois et nous atteignons vers 12h45 le cortail de Batoua où nous faisons la pause-repas près de la cabane  toujours confortablement aménagée. Le site est grandiose, dominé au Sud par  le Baliner 2965m , les Puntas Culfreda à plus de 3000 formant le massif du Batoua.

  Il est 13h 40 et il est temps de repartir car les nuages s'amoncellent et l'orage menace. Les premières gouttes nous touchent dès le départ et nous accompagnent avec le tonnerre jusqu'à Frédancon que nous rejoignons un peu humides vers 14h45

  La pluie ne nous a pas fait regretter le Maubic trop dangereux avec ce temps mais nous avons quand même fait une jolie rando de 10 km pour 835m de dénivelé.

Merci J-P

Sentier des cabanes du Rioumajou
Sentier des cabanes du Rioumajou
Sentier des cabanes du Rioumajou
Sentier des cabanes du Rioumajou
Sentier des cabanes du Rioumajou
Sentier des cabanes du Rioumajou
Sentier des cabanes du Rioumajou
Sentier des cabanes du Rioumajou
Sentier des cabanes du Rioumajou
Sentier des cabanes du Rioumajou

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 2 Août 2022

 

   Changement de vallée pour ce dernier Dimanche de Juillet 2022, nous poussons jusqu'à la Vallée du Gave de Gavarnie et plus précisément un de ses affluents le Gave de Cestrède dans lequel se déversent les Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes que Bernard nous propose de visiter aujourd'hui.

    Nous sommes dix huit au départ du petit stationnement des Granges de Bué au dessus de Gèdre, à 1450 m. Il est 9h quand nous prenons le sentier qui remonte la vallée à travers les granges et les vestiges datant des aménagements hydroélectriques

   des Pyrénées.

    La pente est assez douce jusqu'à la passerelle  sur l'Oule puis commence à s'accentuer à mesure qu'on s’approche du fond de la vallée pour devenir carrément raide pour franchir la dernière muraille culminant à 1860m.

    Ensuite le sentier redescend un peu et reste plus ou moins de niveau jusqu'au dernier raidillon qui longe le déversoir du lac de Cestrède à 1964 m que nous atteignons vers 11h.

     Après une longue pause nous reprenons l'ascension vers le Lac d'Antarrouyes en suivant un sentier se perdant parfois dans les blocs . Il faut contourner l'extrémité Est de la Crête de Hèches où le passage assez vertigineux accroché à la paroi quasi verticale est à déconseiller pas temps humide car la glissade est ici interdite.

     Une dernière petite cheminée et on découvre le magnifique Lac d'Antarrouyes perché à 2009m et curieusement accroché entre le sommet du Pic de Litouèse (2420m) et le fond de la vallée et donnant naissance à une très belle cascade.

     Certains font le tour du plan d'eau eaux belles couleurs incertaines entre bleu et vert, puis c'est la descente vers le lac de Cestrède pour rejoindre une partie du groupe restée là et prendre ensemble le repas.

     Installés sur un gros rocher sur les bords du lac nous fêtons un anniversaire en jouissant du magnifique panorama de la haute vallée du Gave de Cestrède dominée par le Mailh Arrouy (2745m) et le Soum de Hount Hérède (2861m).

    Le lac est très peu profond et le fond très vaseux ce qui n'incite guère à la baignade qui aurait pourtant été bien appréciée par certains .

    Le signal du départ est donné par Bernard vers 13h30 le brouillard de la vallée ayant tendance à monter jusqu'au lac.

    Nous rejoignons les granges de Bué vers 15h15/15h30 avant l'incontournable pot de l'amitié à Gèdre

    Un grand merci Bernard pour cette belle randonnée, une première pour beaucoup, qui nous a fait parcourir huit kilomètres pour un dénivelé cumulé de 619 m (selon GPS)

JP

Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes
Lacs de Cestrède et d'Antarrouyes

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 25 Juillet 2022

  Il a fallu se lever tôt ce Dimanche 24 Juillet 22 car l'accès à la route du Col de Portet est fermé en principe à 8h. Nous y sommes à 7h 15 et pourtant nous sommes les dernières voitures autorisées à passer la barrière.

  Il fait très beau et sous la houlette de Gérard nous sommes vingt et un à démarrer du stationnement du Portet à 2215m, dix huit feront toute la rando, trois ont pour objectif le refuge du Bastan.

  La particularité du sentier dit des « joélette » au départ du Portet c'est qu'on commence par descendre de plus de cent mètres avant de monter puis de redescendre , un manège que nous accomplissons jusqu'au refuge du Bastan mais qui se poursuivra tout au long de la rando.

   Il faut à peu près une heure et demie pour atteindre le refuge du Bastan et ses lacs merveilleux resplendissants sous le soleil du matin.

   Après une pause nous repartons plein Nord jusqu'au Lac Supérieur à 2260 m.et, longeant sa rive Sud-Ouest, nous obliquons vers l'Ouest et après le passage d'un petit col nous arrivons aux lacs de Bastanet à 2247m. L'un vert en cours d'envasement l'autre bien bleu, très beau.

   Encore un raidillon d'une trentaine de mètres puis une descente assez raide et nous arrivons en vue du bel abri de Port Bielh (2105m) dominant le Laquet de Coste Oueillère atteint vers 11h. Ce ne sont pas des brebis comme le nom pourrait le laisser penser mais des vaches qui s'y reposent composant un très pittoresque tableau avec les verts les bleus et les gris environnants du plus bel effet.

  Il nous reste un «mur » de 185m à franchir avant le Lac de Port Bielh où nous arrivons enfin vers 11h30 après avoir passé les Laquets de Port Bielh à 2206m. Nous sommes à 2290m mais cela ne dissuade pas quelques intrépides de plonger dans les eaux limpides mais fraîches du lac pour un bain bien revigorant avant d'attaquer le pique nique .

   Après une pause repas d'une heure et demie Gérard nous propose un retour par la Hourquette de Caderolles , une muraille qui se dresse sur la rive Est du lac. Elle culmine à 2495m et les jambes sont un peu lourdes pour gravir ces 200 m après le repas. Malgré tout toute la troupe franchit ce col et est vite récompensée par la vue dominante sur les Lacs de la Hourquette et un peu plus loin sur le Lac Arrédoun, l'un émeraude l'autre aigue-marine.

  Il faut ensuite descendre un peu puis en contournant par l'Est le Pic de Bastan atteindre le Col de Bastanet à 2509m.afin de basculer à 14h 25 vers les Lacs du Bastan. De là la vue est magnifique sur les Lacs et les sommets de la haute Vallée d'Aure.

  La descente du col est assez périlleuse sur un sentier escarpé et instable et nous parvenons vers 15h 40 au refuge du Bastan après avoir recroisé le beau Lac Supérieur.

  Tout le monde se désaltère et remplit les gourdes  bien asséchées au soleil de cette nouvelle journée caniculaire et nous reprenons le chemin de l'aller vers 15h50 pour atteindre le Portet et les voitures vers 17h30.

Un grand merci Gérard pour cette magnifique randonnée qui nous aura fait parcourir un peu plus de 18 km pour un dénivelé de près de 900 m.

Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet
Lac de Port Bielh ou de Bastan depuis le Col Portet

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0

Publié le 18 Juillet 2022

 

   Pour ce Dimanche 17 Juillet 2022 Richard propose au calendrier le Pic et le Lac de Gourguet respectivement à 2619 m et 2218 m.

   C'est un jour de canicule annoncée et il fait déjà doux quand nous démarrons vers 8h40 du stationnement du Lac d'Aubert à 2158 m. Nous sommes dix à prendre le sentier qui contourne par l'Ouest le Lac d'Aumar puis au bout du lac nous obliquons vers le Nord pour gravir la crête d'Estibère jusqu'au col d'Aumar à 2381 m. tout en profitant d'une vue somptueuse sur Massif du Néouvielle se reflétant sur le miroir du lac.

    Le col , très fréquenté, est atteint en un peu moins d'une heure puis c'est la bascule et toujours plein Nord nous atteignons le Lac Supérieur qui est contourné par l'Ouest et après une bonne montée de 150 m nous arrivons au pied du Pic de Gourguet tout près du petit laquet qui le ponctue.

    Il reste 150m avant le sommet que s'offrent huit volontaires allégés de leur sac. Il est 11h20 et le panorama qui s'offre à nous est grandiose avec au Nord le val d'Aygues-Cluses et ses multiples lacs et au Sud le Vallon d'Estibère tout aussi pourvu.

    Quand tous les grimpeurs sont redescendus au pied du Pic il est midi et il nous reste 250 m à descendre pour atteindre le Lac du Gourguet et sachant qu'il faudra les remonter après le repas sous la canicule qui commence à se faire bien ressentir tout le monde accueille avec plaisir et soulagement la proposition de Richard d'aller pique-niquer sur les bords du lac Supérieur croisé à l'aller.

    Un replat herbeux au bord de l'eau nous accueille pour un repas bien mérité et même pour une baignade revigorante pour certains.

     C'est ensuite le retour vers le Col d'Aumar une soixantaine de mètres plus haut puis la descente vers le Lac d'Aumar puis vers les voitures atteintes à 15h 40  .

 

     En cette chaude journée nous aurons parcouru 10,260 km pour un dénivelé cumulé de 626 mètres.

                           Un grand merci Richard !

Pic de Gourguet
Pic de Gourguet
Pic de Gourguet
Pic de Gourguet
Pic de Gourguet
Pic de Gourguet
Pic de Gourguet
Pic de Gourguet
Pic de Gourguet
Pic de Gourguet
Pic de Gourguet
Pic de Gourguet
Pic de Gourguet

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost0