Publié le 13 Mai 2017

Dén.550m.

A 9h30, nous sommes 18 à partir de l’Office du Tourisme de Plan et suivons le balisage jaune et blanc, puis le GR 19

Le soleil est de la partie et la troupe en forme

Nous contournons la Peña San Martin en traversant un vallon aux multiples granges

Le sentier nous mène à Servéto ; village typique avec un ancien four à pain . De nouveau le balisage jaune nous nous dirigeons vers Et Collet 1364m.. C’est là que nous nous installons sous la magnifique Peña de Arties pour nous réconforter .Et quelle surprise deux de nos compagnons ont oublié leur godet, impensable de leur part …….

Pas de drame la solidarité habituelle a joué et ils ont pu se désaltérer

Après une sieste, nous entamons la descente vers Plan ou nous arrivons par le Rio Cinqueta à 14h30

Très jolie balade ,fleurs, paysages, sentiers bucoliques tout ça sous le soleil et la bonne humeur

Merci ALAIN

La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne
La Boucle de Plan 1500m  Espagne

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0

Publié le 7 Mai 2017

Un premier contrefort des Pyrénées qui culmine à 1050m sépare les vallées de la Garonne et de la Barousse. Ce petit massif est orienté sud-ouest, nord- est. Le sommet d’Herbe Rouge occupe son extrémité sud-ouest tandis qu’à son extrémité nord-est nous trouvons le sommet de Gert 1018m. L’ensemble du massif porte le nom de montagne de Gert. Entre ces deux sommets extrêmes, la crête qui les sépare fait environ 2,5km et passe par le soum de Chay. Il est arrivé à un promeneur isolé ou à un groupe très silencieux de rencontrer un troupeau de cerfs. Magnifique rencontre.

Il y a deux principales voies d’accès à cette crête.

On peut partir du village de Sainte Marie en quittant la route de Luchon à Bagiry. Au bout du village, une piste passant par une ancienne carrière nous amène à 880m, le reste se fait en cheminant plein ouest, dans la forêt sur des pentes un peu raides et l’on arrive ainsi au sommet de Gert.

L’itinéraire, que notre chef Jeannot à choisi, est plus aéré et offre très rapidement de jolis points de vue. Nous étions 18 à le suivre. Nous laissâmes nos voitures à Thèbe. En ce jour d’élections le départ était retardé ; vers 9h30 nous empruntâmes une piste qui nous fit passer devant, de nouveau, d’anciennes carrières (cependant nettement moins anciennes qu’à l’autre extrémité). En fin de piste, nous nous dirigeâmes vers le soum de Chay 979m. Le sommet d’Herbe rouge, visible de loin par sa croix fut rapidement rallié. Il y avait suffisamment de place pour accueillir 19 convives et nous y dégustâmes notre « frugal » repas. Une vue plongeante sur Mauléon Barousse, le château de Bramevaque, Esbareich, etc, agrémente toujours un repas quelque-soit sa toute relative frugalité. Doit-on ajouter qu’une sieste « réparatrice » s’en suivit ?

La journée n’est pas terminée, nous redescendons et allons ensuite vers la falaise de Troubat. Auparavant nous visitons une grotte située tout près de la falaise. Cette grotte naturelle est très étroite et assez longue. Il vaut mieux être muni d’une bonne et fiable torche électrique lorsque l’on a pénétré à l’intérieur. Fut-elle habitée un jour ?

Ensuite une visite pour aller encourager les intrépides grimpeurs de la falaise de Troubat, il y en avait encore.

Le pot de l’amitié à Montréjeau clôtura cette journée.

Une jolie et très intéressante randonnée,

Merci Jeannot.

Simon de l’Abreuvoir

Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m
Le sommet d’Herbe Rouge 1050m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0

Publié le 1 Mai 2017

"En ce 1er mai,ce n'était pas le muguet que nous partions chercher sur le site Natura 2OOO :"cotes de Bieil et Montoussé" ! Près de Boulogne sur Gesse ,le long du Lac de la Gimone, prairies ,landes et coteaux ont accueilli nos pas tranquilles, les regards scrutant herbes et broussailles pour débusquer les premières orchidées .,
Une dizaine d'espèces étaient bien présentes ,dont l'homme pendu ,l'orchis pourpre ou celle de fuchs .L'orchis militaire( au garde à vous!),l'araignée et d'autres furent repéré par le groupe fureteur et attentif . On leur tira le portrait , plusieurs fois ,en les laissant in situ ,contrairement à l'esprit frondeur de certain qui suggéra d'en faire un bouquet ....à la place du muguet !!
L'ascalaphe , un insecte aux ailes jaunes soufrées ,voleta plusieurs fois autour de nous ,et donna du fil à retordre à notre photographe avant qu'elle puisse le coincer sur quelque plante .
Certains se risquèrent à gouter les "respounchous" ,les feuilles de l'alliaire ou les fleurs des vesces au gout de petits-pois, petits amuses-gueules avant le pique-nique tiré du sac au bord du lac ou foulques - macroules et grèbes huppés barbotaient gentement . Et devinez quoi ? Il y avait un anniversaire à souhaiter, et nous sacrifiâmes au rite de la dive-bouteille .
Bon anniversaire , l'ami Jean-Louis, que nous avons retrouvé avec une immense joie et que l'année te soit propice et offre d'autres occasions de te rencontres par monts et par vaux .
Le soleil bien présent nous invita à une petite sieste au chant des oiseaux puis nous reprîmes quelques investigations dans les prairies avant de retrouver nos voitures.
Certains ont manifesté le désir d'une suite à ses divagations débonnaires ,et riches en découvertes.
Alors ; pourquoi pas.... un peu plus tard,..... sur d'autres lieux ....et d'autres fleurs ! "

Merci  Monique
 

Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore
Sortie  Flore

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Repost 0

Publié le 30 Avril 2017

Jean Pierre nous convie à une sortie où nous allons nager en pleine poésie aérée.

D’abord les scientifiques cartographes de l’IGN, n’ont pas cru nécessaire de donner un nom à cette éminence de 1944m qui s’accroche comme elle le peut sur la face sud du pic de Montaigu.

Cette absence de baptême officiel explique peut-être sa dénomination officieuse : La rue St Vincent qui culmine au sommet de la butte Montmartre a été le thème de chansons très poétiques chantant des orphelines ou des mendigottes : « en haut de la rue st Vincent, un poète et une inconnue….. ».

 

Revenons dans les Pyrénées et, sous un ciel tourmenté, à 9h30, une petite troupe de 13 montagnards se dirige vers le Courtaou et les granges de la Lit. La troupe est vaillante et les granges sont ralliées rapidement. Un petit arrêt sur ces granges magnifiquement restaurées et une constatation : Nous montions en sous-bois à l’abri du vent, mais ensuite, l’horizon se dégageant, celui-ci nous rappelle qu’il s’était invité dans les prévisions météorologiques : Avis de tempête !! Continuons tout de même. Nous atteignons une jolie cabane accueillante et pendant 5 minutes, nous faisons une halte entre ses murs paisibles.

Et puis, il faut bien repartir :

« Mais au-dehors,

La meute innombrable des vents

Aboie autour des seuils et des auvents

Ils viennent, d’au-delà des vagues effarées,

Dieu sait pour quelle atroce et nocturne curée »……

Ces magnifiques vers d’Emile Verhaeren décrivent parfaitement ce que nous subissons. Bousculés par les bourrasques, certains se retrouvent à terre. Heureusement le terrain est facile et notre chef, maitrisant parfaitement son GPS, nous fait gravir les 300m de dénivelée restante et nous amène au sommet. Joli et sympathique sommet qui présente un beau panorama, mais bien qu’il soit 12h30, nous décidons d’aller nous restaurer un peu plus bas protégés par cette accueillante cabane.

Nous descendons rapidement, aidés par quelques petits névés fraichement installés et vers 13h, nous pouvons ouvrir les sacs. Nous n’allons pas nous attarder, le vent parait s’être calmé, mais la pluie risque fort de lui succéder. Nous repartons et descendons bon train. A 14h30, nous sommes aux voitures, et comme si le ciel nous avait gentiment attendus, il commence à pleuvoir.

En fin de compte, ce vent à bien pimenté cette jolie balade, tu nous la proposeras de nouveau avec des cieux plus cléments.

Merci Jean-Pierre

Simon de l’Abreuvoir

Le pic Saint Vincent 1944m
Le pic Saint Vincent 1944m
Le pic Saint Vincent 1944m
Le pic Saint Vincent 1944m
Le pic Saint Vincent 1944m
Le pic Saint Vincent 1944m
Le pic Saint Vincent 1944m
Le pic Saint Vincent 1944m
Le pic Saint Vincent 1944m
Le pic Saint Vincent 1944m
Le pic Saint Vincent 1944m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0

Publié le 23 Avril 2017

En ce jour d’élection, il faut laisser à chacun le temps d’aller voter, le rendez-vous est donc fixé à 9h.

Renée, notre cheftaine, nous attend à Guchan. Nous sommes 15 à la rejoindre. Vers 9h40 cette troupe se dirige vers Saubissan et fait sa première halte devant la chapelle de la délivrance, elle chargée de connotation historique puisqu’elle a été inaugurée en 1942 et dédiée au retour des prisonniers de guerre. A 3 ans, prés ses vœux seront exhaussés !

Une bonne grimpette, la seule véritable le la balade, nous conduit vers Gouaux en faisant un détour par la chapelle saint Michel qui présentant une gaule permettant d’activer sa cloche, éveille chez certains une vocation de bedeau et font tinter cette cloche. Différents battements en sortent et l’un de ces apprentis bedeaux nous gratifie d’un tocsin ce qui n’est pas très encourageant en ce jour d’élections.

Nous allons ensuite visiter Gouaux, sa mairie, la chapelle saint Etienne de Gouaux près de laquelle nous trouvons un endroit très agréable pour notre pique nique.

Nous sommes exactement dans l’alignement de la crête du massif de l’Arbizon, cet angle de vue n’est pas fréquent et nous offre l’aspect d’un pic très élancé et impressionnant. Est-ce cette vision majestueuse qui fit qu’à la fin du repas un grand silence s’établit permettant pour certains de faire une petite sieste, rêvant sans doute à leur prochaine ascension de l’Arbizon ? Il se fait plus aisément qu’il n’y parait sous cet angle de vue, mais il faut avoir des jambes bien entrainées.

La petite troupe étant pleinement réveillée, les sacs ayant réintégré les dos, nous descendons sur Grézian, très beau village avec de belles maisons restaurées.

Nous traversons la Neste en empruntant un solide pont de pierre bâti à la fin du 19ème siècle après que l’ancien pont de bois fût emporté par une crue en 1934.

Une dernière petite montée sur une éminence qui nous gratifie de belles tables d’orientation.

Nous passons ensuite devant la chapelle du Bouchet, arrivons à Guchen et remontons la Neste rive gauche jusqu’à un petit lac creusé pour une base de loisir.

Une passerelle nous ramènera rive droite, à notre point de départ, à Guchan.

Très joli circuit Renée, une véritablement journée du patrimoine. Merci.

Simon de l’Abreuvoir

Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure
Circuit en vallée d’Aure

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée

Repost 0

Publié le 16 Avril 2017

La météo n’est pas mauvaise, en ce jour de Pâques nous allons fêter le retour des cloches sur le Casque.

A 9h, 12 randonneurs partent du parking de la fontaine de Crastes et entament le sentier qui nous conduit sans problème jusqu’au sommet. Peu de choses à dire sur cette ascension, deux heures de progression en sous bois avec un ciel brumeux, puis, à la sortie de la forêt, le ciel est totalement dégagé et le casque apparait. Il est encore loin, une heure de marche. Vers 1400m, il existe une scission classique entre ceux qui désirent aller au pied de la falaise et monter le long d’un couloir directement sous le sommet, et ceux qui préfèrent suivre le sentier qui monte progressivement en passant par la crête. Huit hardis montagnards choisissent le couloir. Les autres seraient-ils moins hardis ???

Nous nous retrouvons tous au sommet en même temps, et comme par hasard il est midi. Après la contemplation du panorama et la photo d’usage nous nous installons sur une plate forme pour entamer notre repas pascal. Fait marquant, il n’y a pas de vent ce qui est assez rare en cet endroit. Autre fait marquant nous voyons arriver un randonneur qui appartient à notre club et qui nous rejoint. Un petit mal entendu sur l’heure du rendez-vous lui imposa cette course poursuite. Il est inutile de décrire l’accueil chaleureux qui lui fût réservé, résumé par l’offrande d’un verre de Jurançon.

Vers 13h30 nous quittons ces lieux et revenons tranquillement à nos voitures en marquant un arrêt à la fontaine de Crastes où chacun pu faire sa provision d’eau.

Une balade agréable, 950m de dénivelée, bon entrainement pour un début de saison bien que pour la majorité des membres du groupe, les jambes sont restées affutées et entrainées tout cet hiver.

Merci Jacques

Simon de l’Abreuvoir

Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m
Le casque du L’Héris 1595m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0

Publié le 12 Avril 2017

Cette fois, ça y est, les raquettes sont remisées, la neige nous quitte en moyenne altitude, nous entamons les sorties de printemps. On peut avoir une petite reconnaissance pour cet hiver, il a comblé nos souhaits. La neige a été abondante au mois de janvier, permettant aux adeptes de la raquette de faire de belles randonnées ; par la suite, les dimanches sous le mauvais temps furent très rares et les sorties furent donc fréquentes.

Cet adieux nostalgique étant terminé, comment allons-nous inaugurer le printemps ? En ce jour des rameaux, jour béni par les anciens écoliers car il correspondait systématiquement au début des vacances de Pâques, Alain notre chef, décide de nous amener au Bassia tout simplement.

La troupe est nombreuse, nous sommes 16 et il y a des nouveaux !

Du col de Beyrède à 9h30 nous partons vers l’est, en direction du pas de Bassia où nous mettons pied sur la crête. Nous nous dirigeons ensuite, plein ouest, vers le signal de Bassia. Cette crête est certes facile, mais elle est rocailleuse et par moment assez étroite, il est bon de cheminer lentement. De cette manière, malgré le nombre, Alain réussit à garder un groupe homogène sur cette portion de terrain.

Arrivés au sommet nous pouvons comme toujours admirer le panorama. L’emplacement de ce massif étroit placé au nord de la chaine des Pyrénées à 1900m d’altitude, orienté est-ouest, lui assure la réputation d’être un magnifique belvédère, tant vers le nord sur la plaine que vers le sud où toutes les Pyrénées centrales s’offrent à notre vision. Une petite touche amusante : le pic Long, notre grand seigneur, situé en fond de chaine, possédait deux névés de surface un peu circulaire, situés l’un à coté de l’autre de part et d’autre de sa sombre paroi. On aurait cru voir une grosse bête qui, avec ses yeux, nous épiait de façon inquiétante. Peut-être cette vision était-elle l’effet de l’hypoglycémie, il était bientôt midi.

Nous redescendons un peu, et à peu près à l’abri du vent, un petit air frais souffle légèrement, nous dégustons notre repas montagnard. Fait rare, il n’y a pas d’anniversaire à souhaiter. Comme c’est triste !

Lorsque nous quittons la crête pour entamer la descente, nous trouvons un névé qui prétend nous barrer le chemin, nous devons le contourner en déselcaladant un petit bout de rocher. Petite touche de sel !

Le reste de la descente s’opère sans problème, nous rejoignons les voitures au col puis Sarrancolin où la troupe désaltérée se sépare.

Belle balade, très sympathique, merci Alain.

Simon de l’Abreuvoir

Le Signal de Bassia 1921m
Le Signal de Bassia 1921m
Le Signal de Bassia 1921m
Le Signal de Bassia 1921m
Le Signal de Bassia 1921m
Le Signal de Bassia 1921m
Le Signal de Bassia 1921m
Le Signal de Bassia 1921m
Le Signal de Bassia 1921m
Le Signal de Bassia 1921m
Le Signal de Bassia 1921m
Le Signal de Bassia 1921m
Le Signal de Bassia 1921m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Repost 0

Publié le 2 Avril 2017

Parfois la météo est capricieuse !!!!!!!

Ce jour une consultation s’impose sur le lieu du rendez-vous

Que faisons- nous ?

Vite une idée est là et si nous faisions le Tour de Pinas

O K pour tout le monde

Très bonne matinée : 16 kms en 3h.30…. et sans pluie !!!!

Parcours en sous bois de passerelles en passerelles et puis même un lac !!!!!

PS > Aucun des participants ne connaissait le circuit sauf le Chef

Merci ALAIN

Tour de Pinas
Tour de Pinas

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée

Repost 0

Publié le 26 Mars 2017

Lorsque Jean-Pierre a décidé ce but de balade, la neige tombée en abondance au mois de janvier confrontée à un hiver très doux par la suite, avait bien fondu en moyenne altitude et dimanche dernier au Castets Sarradis (1781m) il fallait désespérément chercher un névé pour frapper convenablement une bouteille d’anniversaire.

Entre temps la neige a fait son retour, et ce qui devait une petite randonnée printanière, s’est transformé en une belle course hivernale.

De Beaudéan, nous empruntons une route forestière, et dans une boucle, nous trouvons un parking sur lequel un panneau nous indique : Cabane de Conques 1h30.

Très optimiste ce panneau, nous en sommes conscients. Nous nous engageons sur une piste qui aboutit à un guet nous permettant de traverser le ruisseau de Binaros. Différentes écoles pour passer un guet, il y a ceux qui passent lestement de pierre en pierre, ceux qui passent plus précautionneusement et ceux qui, sachant qu’ils vont tôt ou tard manquer une pierre, délibérément acceptent de laver leurs chaussures et éventuellement leurs pieds.

L’ensemble de la troupe (nous sommes 11) a traversé en suivant au choix l’une de ses trois théories. Notre chef est alors confronté à un grave problème. Nous sommes à 1165m la neige recouvre le sol. Pas de trace de sentier ni balise, aucune direction évidente. Quelques tâtonnements inévitables ont lieu et puis, oh miracle, nous finissons par découvrir le sentier qui remonte le long du ruisseau.

Nous ne le quittons plus. Nous montons ensuite en sous-bois et arrivons en vue des cabanes de Courbet 1469m. Nous sommes totalement dans la neige, jusque là les raquettes étaient sur les sacs à dos, elles émigrent sous les chaussures sauf chez une minorité d’irréductibles qui trouvant que la couche de neige n’est pas très épaisse, elles ne sont pas indispensables.

Encore une montée de 200m et nous voilà à la cabane de Conques (nous avons mis beaucoup plus d’ 1h30). Qu’importe, nous sommes arrivés.

Le repas s’impose, nous sommes adossés à la cabane. Nous avons en face de nous, plein sud, les crêtes de Conque, Pène Nère, puis, dominant le tout, nous voyons le sommet de l’antenne du Pic du midi. Un randonneur à ski suivi de son petit chien vient nous rendre visite, c’est un montagnard de haut niveau qui nous raconte des choses intéressantes et utiles tandis que le petit chien se restaure en partageant un peu notre repas. Ces compagnons nous quittent et nous quittons à notre tour la cabane.

Une descente amusante dans la neige, puis aux cabanes de Courbet, les raquettes réintègrent les sacs à dos, nous reprenons le sentier, retraversons le guet et arrivons aux voitures vers 16h.

Inutile de relater la halte à Bagnères, le récit serait trop répétitif. ( tout comme le repas d’anniversaire, mais oui !!)

Tu nous as emmenés dans un beau coin que la neige a rendu encore plus sauvage.

Merci Jean Pierre.

Simon de l’Abreuvoir

La cabane de Conques 1690m
La cabane de Conques 1690m
La cabane de Conques 1690m
La cabane de Conques 1690m
La cabane de Conques 1690m
La cabane de Conques 1690m
La cabane de Conques 1690m
La cabane de Conques 1690m
La cabane de Conques 1690m
La cabane de Conques 1690m
La cabane de Conques 1690m
La cabane de Conques 1690m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #raquettes à neige

Repost 0

Publié le 19 Mars 2017

L’enneigement n’étant plus ce qu’il était, il est inutile de prendre les raquettes pour gravir ce Pla. Voilà ce que Pierre a déclaré à ses 13 compagnons qui vont le suivre dans cette dernière randonnée d’hiver. Hiver très relatif, un magnifique soleil et une température clémente étaient au rendez-vous. Par précaution, certains petits ambitieux ont pris des crampons, n’y aurait-il pas un « petit » sommet intéressant plus loin ?

Nous partons du Sarrat de Bon vers 8h40 et nous engageons plein sud. Après avoir traversé une route à 1221m (qui nous aurait permis de gagner 50m de dénivelée si nous l’avions empruntée diront des grincheux) nous voyons parfaitement la crête à atteindre, pas tout à fait à portée de main !! Puisque nous nous sommes levés tôt, puisque nous sommes tous ensemble, puisque comme toujours l’ambiance est bonne, allons-y. C’est ainsi que 14 montagnards s’accrochent à des pentes herbeuses un peu raides et montent vers cette crête, comme vers une terre promise. Elle est enfin atteinte au niveau de La Bèque (1721m) il ne nous reste plus qu’à gravir les 180m qui nous séparent du pla de las Pénès.

Nous voyons en face de nous le soum de Marianette retranché derrière son arête nord bien enneigée. Voila l’explication des crampons amenés par certains. Oui mais : du pla de las Pénès nous devons redescendre presque 100m pour atteindre le cot Debat et le cot Demiey et il y aura alors 500m à gravir pour atteindre ce soum. Il est déjà 11 heures, c’est une mission impossible.

Notre chef en grand stratège modifie ses plans, si certains pensaient rester bien sagement au pla, pendant que la partie la plus vaillante de la troupe irait de l’avant et reviendrait ensuite partager le repas avec leurs copains, ils en sont pour leurs frais. Allons tous jusqu’au Cot Debat et obliquons plein est vers le Castets Sarradis 1781m. Oui chef ! Nous y sommes vers midi. C’est enfin sur ce lieu que nous prenons notre repas. Oserais-je avouer que c’est encore un repas d’anniversaire ? Et alors !

Après nous être bien restaurés et avoir échangé d’intéressantes discussions philosophiques et géo-stratégiques de haut vol , vers 13h30, nous entamons la descente sur une crête tranquille vers une cabane puis une piste que nous délaissons pour un petit sentier parallèle et nous nous retrouvons à Sarrat de Bon vers 16 heures. Certains sont un peu fatigués, heureusement que le pot de l’amitié à Bagnères nous récompensera de nos efforts.

Nous avons dénivelé 1000m, bonne balade de remise en jambes.

Merci Pierre pour ce beau circuit.

Simon de l’Abreuvoir

Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m
Le pla de Las Pénès 1904m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0