Publié le 20 Août 2017

Pierre nous convie à une randonnée culturelle : Les mines de Liat, situées dans le val d’Aran. Un site minier qui fut important.

Sa première exploitation remonte à 1740, on y extrayait du fer et du plomb, mais sa pleine activité se situe vers 1880. Là, on est dans l’héroïsme : le minerai était descendu des mines vers Pontaut par des chars tirés par 2 vaches. Après lavage et concassage il était acheminé en France par tramway. Il existe en effet si l’on y prend garde, quelques vestiges de remblais et de bâtiments de chemin de fer en amont de Saint Béat. Par contre, aucune trace de piste entre ces mines et Pontaut, par où passaient  donc ces braves vaches ?

En 1911 un câble tiré vers la laverie de Pontaut, 14 km plus loin et 1600m plus bas emporte le minerai. Le débit est faible 5 tonnes à l’heure. Un nouveau câble permet de doubler le débit.

Mais à partir de 1920 l’activité de la mine diminue elle sera abandonnée en 1929. Une tentative de restauration entre 1941 et 1966 échouera.

Il ne reste sur le site que des ruines de bâtiments, des entrées de galeries et quelques vestiges de pylônes. Il reste surtout une superbe vue sur les pics de Maubermé, du Crabère par leur face sud et sur les étangs de Liat.

Revenons à la partie sportive de la journée ;  10 montagnards qui n’ont pas peur de fatiguer leurs jambes partent à 8 h du barrage  de Hons Derra Coma vers 1100m d’altitude. Le sentier est bon et l’allure est soutenue. Un peu avant 11h30 nous sommes au niveau des étangs de Liat vers 2300m. Nous nous dirigeons vers les bâtiments des mines et trouvons devant une maison un excellent endroit pour manger. Le repas et relativement silencieux il faut dire que 1200m de montée ont un peu fatigué les organismes de certains. Nous n’en admirons pas moins la face sud du Maubermé dont nous apercevons très distinctement le cairn sommital.

Il faut repartir, nous allons redescendre par un  autre itinéraire, nous sommes arrivés par le sentier qui passant dans les gorges  d’Ermer a contourné le tuc d’Ermer par le nord, a présent nous allons au col de Goerri et redescendons au sud du pic d’Ermer dans la vallée du rio de Beredera (ou Bedreda au choix). Nous avons 1300m à déniveler, par moments des vestiges de pylônes nous remémorent l’historique de la mine.

Entre 16h et 16h30 la petite troupe se reforme au bas de cette descente avec des états de fatigue très variés. Par cet itinéraire nous sommes à un bon km des voitures que nous avons laissées au barrage, 100m plus haut. Heureusement, Pierre dans sa grande prévoyance avait prévu de laisser un véhicule en cet endroit, et sans fatigue,  les chauffeurs purent remonter quérir leur voiture. « Laudatus Petrus » (latin approximatif).

Toute la troupe se retrouva ragaillardie au refuge d’Icona devant le pot de l’amitié.

De la longueur, environ  1400m de dénivelée cumulée, quelques passages vaguement délicats, très belle rando, belle découverte.

Merci Pierre

Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m
Les  mines de Liat 2300m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0

Publié le 17 Août 2017

Les 12 et 13 Août 2017- Dénivelés : 1000m. le 1er jour  -  1100m. le 2ème jour

Partis à 14 montagnards de la Fruitière (1371m.), ce sont finalement 12 valeureux qui ont attaqué la rude montée vers les lacs d’Estibe- Aute (2324m.) ; deux malins ayant préféré coincer « la bulle » au refuge d’Estom

Après 3h30 de montée en moyenne, la récompense était au rendez-vous : deux  beaux lacs  bleus au milieu d’un superbe paysage nous attendaient

Après une longue pause de réconfort, nous partons à la recherche d’un sentier qui relie Esitbe  Aute au refuge d’Estom ; ce sentier , assez sportif, nous a conduit droit au refuge (NB : ce sentier n’est conseillé qu’au montagnard confirmé )

Après une soirée toute en gaieté, ce sont 13 randonneurs, frais et dispos, qui partent vers le col des gentianes

Après avoir navigué de lac en lac (Labas :2281m. ; Oulettes d’Estom – Soubiran : 2360m. ;Couy :2445m. ; lac Glacé 2571m. ) nous atteignons le petit col des gentianes vers 11h30 . Là, nous décidons d’arrêter notre expédition car nous avons un long retour pour rejoindre nos foyers. Ce dernier se fait tranquillement mais sûrement  ; nous avons même  la joie de retrouver quelques camarades venus, ce dimanche, à notre rencontre. Après avoir récupéré la totalité du groupe, nous terminons cet agréable  week-end autour du verre de l’amitié ; amitié « certaine » qui règne au sein de ce club

Merci à tous les  participants et à bientôt

R de la Fuente

Merci à toi Richard

Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom
Randonnées autour du refuge d’Estom

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Repost 0

Publié le 6 Août 2017

Il pleuvait ….

Ils se sont concertés …

Ils sont partis,

 Plein d’espoir ils ont passé le tunnel,  c’était pire………

Quelques kms plus bas un véhicule manquait à l’appel, demi-tour, le deuxième véhicule avait crevé !!!   le chauffeur n’avait pas vu un caillou issu des éboulements de la nuit

Enfin, retour à l’entrée du tunnel côté français, départ vers Bataillence dans le nuage, arrivé au col dans le nuage,  redescente dans le nuage et repas dans le nuage !....

Retour aux voitures, arrêt  au café  sans nuages

Merci Alain malgré le nuage qui n’a même pas réussi à nous mouiller

Col de Bielsa
Col de Bielsa
Col de Bielsa
Col de Bielsa
Col de Bielsa
Col de Bielsa
Col de Bielsa

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0

Publié le 30 Juillet 2017

Jour 1 :  Départ du Pla de la Lau (960m)

Une équipe de 7 marcheurs aux jambes d’acier a entamé l’ascension de la rive gauche du Ribérot  par le sentier balisé GR rouge et blanc ( curiosités : Tute de l ’ours – trous souffleurs d’air frais )

A la cascade de Nérech (1350m. )une passerelle nous ramène sur la rive droite vers la cabane de Caoussis (1859m. ) où nous faisons une petite pause

Ensuite nous quittons l’itinéraire du refuge d’Estagnous pour prendre, à droite, la direction de l’étang Rond (1929m. ) où nous savourons un repas bien mérité

Après 10mn. De repos ( sieste ) nous nous dirigeons vers l’étang Long (2125m. ) par un sentier aérien, tout en lacets et en balcons

Quel bonheur de se retrouver , loin de tout, avec un extraordinaire panorama !!!

Après ce petit détour d’une heure et la trempette sacrée de quelques minutes dans l’étang Rond, nous attaquons la montée ( 300m. de dénivelé ) vers le refuge d’Estagnous où nous trouvons un troupeau de joyeux montagnards venus d’horizons divers

Après une inoubliable soirée composée d’excellents ingrédients (bière à gogo, sangria, bon repas arrosé de Madiran et pour finir : un magnifique coucher de soleil au dessus d’une mer de nuages !!!!)

La nuit a regaillardi toute la troupe

Jour  2 : Vers 7h., nous voici repartis, en ayant allégé nos sacs (nos chères dulcinées ayant le privilège de ne pas en avoir )vers le Mont Valier (2838m.) magnifique belvédère sur la chaine pyrénéenne

Nous redescendons tranquillement vers le col Faustin (2653m.) où nous laissons nos sacs ….. pour escalader (eh  oui !  nos retraités sont insatiables …. !! ) le Petit Valier (2736m. ) qui possède un charme particulier (petite cheminée, petit plateau ensemencé de magnifiques fleurs jaunes et bleues , vue imprenable sur le Grand Valier, les lacs , le Balonquère…. etc

Nos sacs nous ayant attendus , nous descendons vaillamment en effectuant plusieurs étapes (refuge , cabane Caoussis, cascade pour le bain de pieds et de siège ; c’est bon contre les hémoroïdes ! )

C’est la tête emplie de belles images et les jambes d’acier un peu émoussées que nous retrouvons nos véhicules pour le retour au bercail ( après avoir siroté le traditionnel «  pot de l’amitié «  )

Un grand  Merci à Richard

R. de la Fuenté

Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…
Mont-Valier 2838m…

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0

Publié le 23 Juillet 2017

Dans une mer de nuages dense, un groupe de 18 âmes s’est gaiement orienté vers le lac d’Ilhéou à partir du Cambasque

Une heure trente après, nous avions rendez-vous avec un grand monsieur  « le soleil »

Grâce à lui, nous avons pu admirer de beaux paysages, de magnifiques fleurs à dominante bleue

 (œillet de Montpellier ,ancolies, chardons bleus, bruyères etc ..)

Les   petits  couloirs de montée au lac Hourat ne furent qu’une formalité, tant la motivation était à son apogée

Après un Hip ! Hip !Hourat ! à l’attention de notre dévouée guide , Josiane et un » Joyeux  Anniversaire «  à Jeanne, le repas fût fort apprécié !

Sans la sieste, nous sommes redescendus au refuge d’Ilhéou pour partager une crêpe et le pot de l’amitié avec le reste de la troupe, restée aux alentours du lac du même nom

Bien que le trésorier et le président du club ne purent s’empêcher de courir après les filles à la descente (précision importante !!) nous avons passé une formidable journée

Merci  Josiane

Ricardo de la Fuente

Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.
Lac d’Ilhéou (1989m.) lac Hourat 2342m.

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0

Publié le 16 Juillet 2017

Dén. 1000m.

Par beau temps et sous la conduite d’Alain, 5 charmantes dames et 3 audacieux messieurs sont partis du parking du tunnel de Bielsa (côté français) pour attaquer les pentes du Garlitz

Après la  traversée du cirque de Bataillance, le groupe atteint un col à 2700m.

De là, une montée raide, mais sans difficulté, nous conduit à l’antécime du Garlitz (2772m.) vers 12h30 nous décidons de déjeuner

Après le repas,5 courageux, affrontent la montée (difficile car la pierraille est croulante) vers le sommet du Garlitz(2798m.)

Après 1 heure d’effort intense, nos 5 valeureux montagnards rejoignent le reste du groupe pour amorcer « tranquillement » la descente

Heureux d’avoir passé une excellente journée nous filons boire le pot de l’amitié à Fabian

Après une halte à Méyabat (chapelle) où certains cherchent à récupérer l’énergie dégagée par 8 points  répertoriées …………… nous regagnons nos foyers

Merci Alain pour cette superbe journée

Ricardo de la Fuente

Pic du Garlitz  2798m.
Pic du Garlitz  2798m.
Pic du Garlitz  2798m.
Pic du Garlitz  2798m.
Pic du Garlitz  2798m.
Pic du Garlitz  2798m.
Pic du Garlitz  2798m.

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0

Publié le 9 Juillet 2017

Pierre nous convie à une randonnée espagnole, le lac de Rius, environ 2300m.

Nous partons à 6h30 et sommes au parking de Santa Quiteria situé à la sortie du tunnel de Vielha, un peu avant 8h. De là, nous prenons le sentier d’abord orienté plein est qui évolue dans des pelouses. Ensuite se dirigeant au nord-est, il monte à l’assaut du port de Rius. Il est alors très caillouteux et assez raide. Un peu après 10h nous sommes au port de Rius 2320m.  Continuant plein est nous atteignons le lac, nous le longeons sur toute sa longueur ( 1.5km).

Il n’est que 11h15 lorsque nous arrivons au bout du lac mais nous décidons de manger tout de suite. Le temps très orageux jusque là nous a épargné, mais les nuages montent vite. Pas d’anniversaire à souhaiter, pas de discussions philosophiques de haute tenue et pas de sieste prolongée. A midi,  les sacs sont sur les dos et nous repartons. Au bout de 40 minutes nous sommes de nouveau au col et amorçons la descente.

A cet instant, le ciel qui nous envoyait des signaux depuis un moment, nous gratifie d’une petite bruine intermittente. Alors, le groupe perd son homogénéité ; les meilleurs dévalent rapidement ce sentier rocheux, les autres, pour ne pas trop les accabler nous dirons les plus prudents, descendent plus précautionneusement, et donc plus lentement. Nous sommes sur un terrain granitique, les pierres même humides ne sont pas trop glissantes. Le chef, en bon capitaine, reste en dernière position, surveillant sa troupe.

Tout le monde arrive sans encombre aux voitures. Aucune chute même minime n’est à déplorer. Du parking, nous ne voyons plus le tuc de Molières qui resplendissait au soleil ce matin, il ne fait peut-être pas bon y être en ce moment.

Nous prendrons le pot de l’amitié à Bossost . Certaines jambes sont lourdes, mais tout le monde est ravi  de cette balade.

Merci Pierre.

Simon de l’Abreuvoir

Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius
Estany de Rius

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0

Publié le 2 Juillet 2017

En ce dimanche 2 juillet, il y avait 2 sorties proposées aux membres du club.

Les purs, les vrais, les grands, vont aller vers le pic des quatre Termes. Un chroniqueur narrera sans doute leurs exploits.

Quelques autres, au nombre de 6, ont pensé que ces 4 Termes étaient bien hauts, qu’il y avait beaucoup de cailloux, qu’il fallait se lever tôt, etc, etc. Pour toutes ces mauvaises raisons ils ont préféré aller faire un tour dans le val d’Arizes, vers le lac d’Arizes ou le col d’Aouet.

Après Sainte Marie de Campan, en empruntant la route du col du Tourmalet, nous devons cohabiter avec énormément de cyclistes qui attaquaient ce col royal. Nous étions en fait, tombés au milieu d’une épreuve cycliste qui s’appelle, il parait, la Pyrénéenne. Votre serviteur n’en connaissait pas l’existence.

Après avoir doublé beaucoup, beaucoup de cyclistes nous pûmes parvenir au petit parking vers 1250m, arrêter les voitures, et abandonner ces malheureux à leur triste sort (le sommet du col est 1000m au-dessus d’eux).

Notre sort à nous, consiste à entrer dans le val d’Arizes et nous diriger vers la cabane d’Arizes. En principe, après 150m de montée, arrivant aux cabanes de Tramazaygue, nous découvrons la face est du pic du midi, et c’est une apparition ravissante. Aujourd’hui, point de ravissement. Le plafond est totalement bouché. Les nuages sont bien installés au-dessus de nous.

Quoiqu’il en soit, vers 10h30, nous arrivons à la cabane d’Arizes (1740m), nous la connaissons bien, nous l’avions visité au mois de janvier, toute recouverte et environnée de neige. Il n’y a plus de neige, mais des nuages. Nous décidons de continuer vers le lac. Un petit merci à ceux qui ont balisé cet itinéraire. Nous sommes dans le brouillard, mais les balises jaunes  bien placées ainsi que quelques cairns, rendent l’itinéraire très lisible malgré la brume. Ainsi nous pouvons arriver aisément au lac d’Arizes.  Nos efforts et notre persévérance sont récompensés. Le ciel se dégage !! Le Pic de Midi nous apparait de toute sa majesté. On peut remarquer son arête nord est qui est un itinéraire de montée intéressant pour gravir le pic depuis le col d’Aouet. Techniquement elle est très facile, il faut tout simplement avoir un bon cœur, un bon souffle et des bonnes jambes. Si l’on possède tout cela, c’est un itinéraire fort agréable.

Mais nous sommes tout simplement au lac, fêtant comme il se doit un anniversaire. Nous  intriguons un troupeau de vaches qui nous a regardés  longuement. Peut-être voulaient-elles partager notre fête.

Nous amorçons la descente ;  le brouillard est moins dense, la descente est facile, vers 15h15 nous arrivons au parking des voitures.

A  Bagnères,  nous attendons puis retrouvons nos amis (ceux des 4 Termes), et un pot de l’amitié clôtura cette belle et paisible journée.

Merci Jacques

Simon de l’Abreuvoir

 

Après quelques  hésitations sur le choix de la randonnée, 9 montagnards motivés ont attaqué les pentes du pic des 4 thermes par la Mongie et le télésiège des béarnais.

Après une rude montée, nous marchons à travers un grand champ de blocs granitiques à la recherche de la brèche de Contadé ……  hélas !! nous ne trouvons que 3 brèches difficiles d’accès et nous décidons de rebrousser chemin à environ 2680m.

Notre erreur ! : nous n’avons pas pris le bon itinéraire, induits en erreur par la prolongation récente du télésiège des 4 Thermes

Un peu déçus, mais malgré tout contents d’avoir passé une bonne journée ensoleillée, nous rejoignons l’autre équipe de marcheurs pour le pot de l’amitié

Merci Richard

Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises
Pic des Quatre - Thermes          Lac d'Arises

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0

Publié le 28 Juin 2017

Pierre nous annonce  une randonnée avec 1400m de dénivelée. Ceci refroidit les ardeurs de certains. Cette dénivelée est en fait moins importante. Nous atteignons le petit village du Couéu, situé au pied du col de Menté, versant ariégeois, nous montons une petite cote et  arrêtons les voitures environ à 900m d’altitude. Il restera tout de même  1250m à monter !

Les fracturations dans les groupes étant très à la mode, pourquoi le club ne pourrait-t-il pas s’en offrir une ?

Trois sous groupes vont donc se créer :

                -Les vaillants, ceux qui veulent faire l’intégralité de la randonnée.

-Ceux, tout aussi vaillants au départ, mais qui en cours de balade considèreront qu’ils en ont  fait assez et s’arrêteront en route.

-Les pas vaillants du tout. Dès la veille ils ont décidé qu’ils n’atteindraient pas le sommet et qu’il est inutile de se lever si tôt (rendez-vous à 6h30). Honte à eux bien entendu.

 

Les 2 premiers groupes, vers 8h, entament le sentier qui les conduit à la cabane du Piejau 1440m. Cette montée se fera dans un brouillard assez dense. Il faut avoir une bonne foi en la météo et espérer en des heures meilleures pour cheminer sur ce  sentier bien raide. Enfin la cabane, elle est très accueillante, mais  Il n’est pas question de trop s’y attarder il reste 700m à gravir. Le brouillard disparait peu à peu. On avance à présent sur une large crête qui dévoile un beau panorama.

 Arrivé au col de Grataux 1661m la scission entre les 2 premiers groupes s’opère.  Neuf d’entre eux continuent vers le sommet, alors que trois autres restent dans les parages et vont visiter les anciennes mines de blende.

Le troisième groupe (les 5 paresseux qui sont partis à 9h15 des voitures), parvient au col de Grataux vers 11h30, les retrouvailles sont, comme de bien entendu, émouvantes.

Bientôt ceux qui ont fait le sommet redescendent, et tout le monde se retrouve pour savourer le repas  habituel des montagnards.

Une brume montante de la vallée fait craindre un moment qu’elle s’attarde un peu trop sur nous, ceci nous incite à ne pas trop nous attarder. Ceux qui le matin, sont monté dans le brouillard, n’ont pas envie de redescendre sous les mêmes conditions.

Nous nous dirigeons  vers la cabane tout en constatant que nos craintes n’étaient pas justifiées, un franc soleil nous y attend. Il fait même chaud et un petit abreuvoir avec un tout petit filet d’eau fraiche est le bienvenu.

La descente est ensuite rapide vers Couéou où vers 15h30, nous retrouvons les voitures.

Le pot de l’amitié se fait au sommet du col de Menté où 2 jolis petits ânes nous souhaitent la bienvenue.

Tu as emmené 16 montagnards dans un endroit inconnu de la plupart d’entre eux. Belle découverte. Merci Pierre.

Simon de l’Abreuvoir

Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m
Le cap de Gauch 2148m

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0

Publié le 25 Juin 2017

Partis un peu tard (élections obligent) avec Alain comme guide, nous voila au parking du tunnel de Bielsa

Nous montons allègrement vers le col des Aiguillettes (2392m.) à pied évidemment !!!!

Après un regroupement, nous partons à l’aventure en direction du Port de Bielsa. En chemin, nous décidons de monter au Pic de Marioules (2586m.) où nous apprécions le déjeuner

Nous descendons par une crête de schistes au Port de Bielsa (2125m.)là nous repassons en France dans le vallon de Bataillence. Au milieu des cascades et des pentes herbeuses un sentier agréable nous conduit aux voitures ……… nous les enfourchons pour aller boire le pot de l’amitié dans la bonne humeur

Merci Alain pour cette heureuse initiative

Ricardo de la Fuente

Pic de Marioule
Pic de Marioule
Pic de Marioule
Pic de Marioule
Pic de Marioule
Pic de Marioule
Pic de Marioule
Pic de Marioule
Pic de Marioule
Pic de Marioule
Pic de Marioule
Pic de Marioule
Pic de Marioule
Pic de Marioule
Pic de Marioule

Voir les commentaires

Rédigé par club ski et montagne de la neste

Publié dans #randonnée en montagne

Repost 0